Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 10:59



Carton rouge pour Marouane Chamakh, collistier du Modem en Aquitaine

Chamak

Ceux qui aiment le foot, peuvent apprécier le joueur de foot, Chamakh. Mais voilà qu’un joueur issu de l’immigration, bi-national, a choisi le Maroc comme sélection et la France pour se présenter aux élections. Cherchez l’erreur !


Le Modem a annoncé mardi la présence de Marouane Chamakh en 13e position sur sa liste aux élections pour la Région Aquitaine. Cette liste est menée par Jean Lasalle, qui avait défrayé la chronique en faisant une grève de la faim pour défendre le maintien d’une usine dans sa région.


En résumé, il est marocain pour jouer au football, mais il est français pour se présenter aux élections régionales.

Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 17:44




Cette circulaire – on devrait plutôt dire ce tract – a été distribuée aux parents d’élèves d’une école primaire de La Madeleine, dans le Nord, une commune située entre Lille et Marcq-en-Barœul. Sont visés : les enfants du cours préparatoire (CP) au CM2. A partir de six ans donc.





Les Préfectures avaient déjà trés largement anticipé...

Qu'en pensent nos concitoyens Bretons, Basques et Corses ?...

Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 18:43


Sondage obea-infraforces effectué le 31 janvier 2010 pour "20 minutes" et "France-Info"



D'après le sondage, 61,5% des personnes interrogées estiment que la Marseillaise doit être enseignée à l'école, et 66,8% sont contre la suppression du ministère de l'Immigration.


Selon 20 Minutes, l'enquête a été réalisée par téléphone auprès d'un "échantillon représentatif de 1.000 personnes constitué selon la méthode des quotas.

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 13:44



Le fossé séparant le peuple français de sa justice se creuse chaque jour un peu plus face à une institution cardinale au plan national mais passée aux mains de groupes factieux d'extrême gauche !



SONDAGE DU FIGARO DU 25 JANVIER 2010 SUR LA QUESTION SUIVANTE:

"Faut-il accorder l'asile politique aux clandestins en Corse ?"



REPONSE:
               
                        NON:     
87,44%

                         OUI:      12,56%

SUR
24 789 votants




L'on peut considérer que le divorce est consommé entre le peuple et sa représentation ainsi que ses institutions !

Y a t-il un cordon 'bickford' dans le secteur ?...
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 15:13



Fallait y penser !

Sont "sioux" ces manipulateurs de faibles d'esprit !...




Quelques exemples de la novlangue (nouvelle langue) : les mots façonnent les esprits puis modifient la manière de penser .
 
 
  • Ne dites plus clandestin mais candidat à l'immigration (Figaro)
     
  • Ne dites plus clandestin, immigré illégal, ni même sans-papiers, mais privés de papiers (source)   (proposition: immigré en situation illégale)
  •  
  • Ne dites plus discrimination positive mais encadrement différencié (Belgique) (proposition: favoritisme etnique)
     
  • Ne dites plus quartier à majorité immigrée mais quartier populaire (tous les médias)
     
  • Ne dites plus ni crimes, agressions, violences, mais plutôt actes de délinquance ou incivilités. Et encore mieux bêtises (source) ou faux-pas (France 2). Récent : les inconduites (CNRS) (proposition: en cas de délit ou crime commis par des magrhrébins ou des africains mais sans indication de l'origine: délit ou crime à caractère ethnique)
  •  
  • Ne dites plus émeutes ou guerre des gangs mais incidents (partout)
     
  • Ne dites plus immigration mais mobilité européenne (Frattini, commissaire européen)
    proposition: préférer le plus possible le terme invasion ou invasion ethnique)
  •  
  • Ne dites plus immigré mais client (autorités finlandaises)   ???
     
  • Ne dites plus bandes mais identités de quartier(LCI.fr)  (proposition: l'on peut ajouter bandes ethniques)
     
     
  • Ne dites plus des bandes de noirs et d'arabes mais des jeunes qui se regroupent souvent sur des considérations ethniques » (Belgique)
     
  • Ne dites plus  enfants d'immigrés mais enfants issus de familles d'éducations éloignées (source)
  •  
  • Ne dites plus attraper les voleurs mais lutter contre les délits d'appropriation (France)   ???...périphrase de débiles ?...
  •  
  • Ne dites plus des vauriens font des graffitis mais des graffeurs habillent la ville de couleurs ». (source) (proposition: jeunes désoeuvrés prenant nos murs pour des poubelles)
  •  
  • Ne dites plus un voyou notoire mais un individu défavorablement connu de la justice (tous les médias) (proposition: un délinquant connu)
     
  • Ne dites plus mosquée mais centre culturel et religieux. (partout)
     
  • Ne dites plus fusillade mais bagarre par balles (source)
  •  
  • Ne dites plus Français moyen attaché à sa culture mais raciste (si vous êtes ainsi désigné, déposez plainte en propos calomnieux)







Les dénominations en rouge sont celles que l'on voudraient voir disparaître et qui méritent d'être maintenues telles quelles, sans rajout

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 13:45




Ma France à moi elle parle fort, Elle vit en groupe, parle de bled et déteste les règles, Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre

Diam’s, rappeuse – Extrait de “Ma France à moi”, 2006



Pouf !...

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:45




Les écoles forteresses de France
Sylvain Besson  Le Temps


Symboles chéris du «modèle républicain», les écoles françaises sont devenues le théâtre de violences inquiétantes. Enquête en banlieue parisienne


A l’heure de la récréation, les couloirs du collège Jean-Vigo d’Epinay, en banlieue parisienne, ressemblent à une cocotte-minute prête à exploser. En face de la cour, dans le brouhaha, une surveillante morigène les élèves à coups de jappements brefs: «Dehors! Vous allez où, mesdemoiselles? Enlève ta casquette!»


Dans le bureau du directeur, c’est un défilé ininterrompu de professeurs, surveillants et parents venus porter leurs doléances. Une mère vient replacer son fils, victime d’une agression dans un autre établissement («on vient de porter plainte»). Un éducateur vient valider l’exclusion provisoire de deux élèves qui se sont insultés en classe. Un enseignant demande le renvoi pour trois jours d’un autre écolier, qui a fait irruption dans une classe, chahuté, volé des marqueurs et frappé contre la porte.


Le principal du collège, Gérard Benozio, teint brun et visage malin, lève les yeux au ciel et soupire. Il connaît par cœur les auteurs de ces incidents qui, dit-il, relèvent de «tensions normales».

Mais ailleurs, ces derniers jours, des actes bien plus graves se sont produits. Le 8 janvier, un élève est mort après avoir été poignardé par un camarade dans son lycée du Kremlin-Bicêtre, au sud de Paris. Une semaine plus tard, le principal adjoint d’un collège de la Brie, à l’est de la capitale, a failli être écrasé devant son école par un ex-élève de 16 ans, qui roulait sans permis.


L’Etat a décrété la mobilisation générale face à de tels désordres. «Il n’y a pas à accepter que des collégiens ou des lycéens entrent avec des barres de fer ou des clés à molette, lançait Nicolas Sarkozy le 24 novembre dernier, lors d’un déplacement en banlieue. S’il faut fouiller à l’entrée, on va fouiller.» Et d’annoncer que «8000 établissements sont aujourd’hui en cours de diagnostic de sécurité».


La tendance à la «bunkérisation» des écoles est déjà évidente. Grillages renforcés et caméras de surveillance font partie de l’équipement standard. En région parisienne, des «Equipes mobiles de sécurité», composées de médiateurs, s’interposent en cas de bagarres aux abords des établissements. Un plan baptisé SAGES – pour «Sanctuarisation globale de l’espace scolaire» – prévoit de déployer des gendarmes dans et autour des écoles. Par des jeux de rôle, certains proviseurs s’entraînent à faire face à des intrusions violentes.

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 12:11




La mystérieuse odyssée de 124 clandestins en Corse se poursuit sur le continent





La mystérieuse odyssée de 124 réfugiés clandestins se disant Kurdes de Syrie débarqués sur une plage corse s'est poursuivie samedi avec leur transfèrement sur le continent et la suite de l'enquête judiciaire pour tenter de mettre au jour l'organisation de ce trafic d'êtres humains.

Les 57 hommes, 29 femmes et 38 enfants ont quitté samedi matin le gymnase de Bonifacio (Corse-du-Sud) où ils étaient hébergés depuis vingt-quatre heures pour être transférés par avions sur le continent.

"Les évacuations ont eu lieu avant 08H00 et, alors que je craignais qu'elles se passent dans des conditions difficiles, tout est rapidement rentré dans l'ordre", a déclaré à l'AFP le maire socialiste de Bonifacio, Jean-Charles Orsucci.

Les adultes, tous auditionnés comme témoins par des gendarmes et des policiers sous l'autorité du procureur de la République à Ajaccio, Thomas Pison, et les enfants ont été transportés à bord d'autocars militaires vers la base aérienne de Ventiler-Solenzara (Haute-Corse) pour être transférés sur le continent et y être accueillies dans des CRA (Centres de rétention administrative).

Certains hommes ont résisté durant quelques minutes, refusant de quitter le gymnase, avant d'être conduits vers les autocars, a indiqué M. Orsucci. Exigeant notamment de ne pas être séparés, les hommes avaient refusé de s'alimenter vendredi soir demandant notamment l'intervention de la Ligue des droits de l'homme (LDH).

Le représentant en Corse de la LDH, André Paccou, a déclaré à l'AFP être "très en colère" affirmant qu'il devait se rendre auprès des clandestins vers 08H30 dans le gymnase.


De Solenzara, trois ou quatre avions de la Police aux frontières et de la Sécurité civile devaient transporter les clandestins pour une destination qui n'a pas été précisée.


Selon une source proche du dossier, ils pourraient être installés dans des CRA de six villes : Marseille, Lyon, Lille, Nîmes, Rennes et Toulouse.


Le ministère de l'Immigration a indiqué dans un communiqué que chacun "bénéficiera d'une évaluation individuelle de sa situation" et "des services d'un interprète, d'une visite médicale, d'une information sur les dispositifs d'aide au retour volontaire et d'une assistance juridique".


Il s'agissait de la première arrivée en Corse d'un groupe aussi important de clandestins, comme cela se passe fréquemment en Italie, Espagne, Grèce et à Malte.


"Ils disent avoir fait un périple en plusieurs étapes à travers la Méditerranée (...) et avoir été amenés jusqu'en Corse à bord d'un cargo", avait déclaré vendredi soir le préfet de Corse, Stéphane Bouillon.


D'importants moyens (nourriture, vêtements et jouets d'enfant, matériels de couchage, assistance médicale) avaient été mis en place par la municipalité de Bonifacio, les associations humanitaires, les pompiers et les services de l'Etat depuis l'arrivée des 124 clandestins, découverts vendredi matin près d'une plage voisine.


Sans papiers d'identité, mais en bonne santé et convenablement vêtus, les 124 personnes ont toutes affirmé être des Kurdes de Syrie demandant l'asile.


L'enquête tente de déterminer l'origine exacte des clandestins. "Ils ont été visiblement amenés par des passeurs que nous recherchons activement (...) pour démanteler de telles filières", avait ajouté M. Bouillon.


Le ministre de l'Immigration Eric Besson a exclu que la Corse devienne, à l'instar de l'île italienne de Lampesuda, une destination pour les candidats à l'immigration et a proposé un sommet européen sur la question.





Ils connaissent toutes les "ficelles" et exigent (sic) !...

Quand l'Occident, et la France en particulier, cessera t-il d'être pris pour l'imbécile de service dont l'on exige à sens unique le clos, le couvert, la nourriture, les avantages sociaux et les droits civiques durement conquis au long des siècles ?

Ne devenons pas la poubelle des incapables majeurs et chroniques !!

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 17:32




« la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble.


Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage »


Eric Besson, "ministre de l’Identité nationale"


Il faut dire que le guignol a appris l'Histoire de France au Maroc...aprés l'indépendance de ce pays !

Ses sources sont libanaises par sa mère et marocaines par ses condisciples...

L'on peut supposer que les enseignants n'insistaient ni sur les Celtes, ni sur les Gaulois, ni sur les Francs et encore moins sur Jeanne d'Arc ou sur Napoléon  !

Prétendre que nos provinces ne sont qu'un conglomérat de métissés divers et variés c'est ignorer la spécificité physique et psychologique des Bretons, des Francs-Comtois, des Catalans, des Auvergnats, des Provençaux et de tous ceux qui ont bâti notre pays avec leurs bras, leurs coeurs et leur sang !

En dehors de jouer sur les mots, quel est l'abruti qui pourrait prétendre à un métissage entre Corrèze et Limousin ?...

Un marrakchi peut-être...

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 11:57





Encore appelés:


            -  Primes à la casse !

            -  Armes de destruction nationale massive

           -   Les derniers seront les premiers !

           -   De 2000 ans de civilisation faisons talble rase !

           -   Quand on n'a pas d'idées, on prend celles de autres !

           -   Comment faire passer un cheval de trait pour un pur-sang !

           -   Comment prendre ses concitoyens pour des bulots !

           -   Comment tenter de faire passer des vessies pour des enseignes de bastringues !

           -   De telles "chances" ne le seraient-elles pas surtout pour leurs pays d'origine !




                                  ....
Partager cet article
Repost0