Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 14:53

 

 

 

Et oui, Eric !

 

 

"La plupart des trafiquants (et des délinquants) sont des Noirs ou des Arabes"

 

Pour s'en convaincre, il suffit d'aller aux portes des prisons pour voir qui vient exercer son droit de visite des détenus !

 

 

Ajoutons:

 

 

"Quant il y en a un, ça va...C'est quand il y en a plusieurs que l'on a des problèmes"

 

 

Là, il suffit de voir ce qui se passe à Grenoble ou à Tremblay-en-France !

 

 

Tremblay-en France appellation obsolète d'une ancienne ville gauloise !

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 12:27

 

 

 

Malika Sorel:

 

« J’ai assisté aux États généraux de la violence à l’école qui se sont tenus cette semaine. Il y a avait un décalage considérable entre la salle et la tribune. Malgré les interventions très éclairées de professeurs et chefs d’établissements, aucune réflexion n’a pu s’engager autour des sources de cette violence. Il n’a en effet été question que des mesures à prendre pour aider les enseignants à faire face à la violence. À mes yeux, ces états généraux sont une véritable imposture. Ils laissent en effet à penser que le sujet est traité, alors qu’il ne l’est pas.

 

 

La sécurité est le premier des besoins primaires. Lorsque le peuple finit par se forger la conviction que l’État n’est plus capable d’assurer la sécurité des individus, alors il est à craindre que le chaos ne survienne, suivi d’une période de sévère reprise en main qui finira par être attendue et espérée par le peuple lui-même. La France s’achemine-t-elle de nouveau vers un régime très autoritaire ? C’est une hypothèse qui ne peut plus être écartée.

 

Le Parisien : « Martin, un jeune cartographe de 24 ans, a été lynché sans raison, vendredi soir, place Grenette, en plein centre-ville de Grenoble, par un groupe d’une quinzaine de jeunes. Inconscient et saignant abondamment, il a été transporté au CHU de Grenoble où il se trouvait toujours dans un état critique dimanche. »

 

France24 : « Âgés d’une vingtaine d’années, les agresseurs, qui venaient d’être expulsés du tramway dans lequel la victime et ses amis avaient pris place, ont alors attaqué verbalement puis physiquement ces derniers, arrivés à leur destination et qui tentaient de les ignorer, a-t-on ajouté de même source. La quinzaine d’agresseurs, montés dans le tramway à une station située dans les quartiers sensibles de Grenoble, étaient toujours activement recherchés dimanche. »

 

Libération : « Comme à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), la semaine dernière, un groupe d’une vingtaine de jeunes armés de bâtons et de pierres ont bloqué le bus, fait descendre le chauffeur et les deux passagers, avant d’y mettre le feu. Puis, ils ont décampé avant l’arrivée de la police. La scène s’est déroulée mercredi soir, vers minuit, dans le quartier de la Grande-Borne, à Viry-Châtillon (Essonne). »

 

Libération : « Une école des Clayes-sous-Bois (Yvelines) a été en partie détruite par un incendie d’origine criminelle dans la nuit de vendredi à samedi, suscitant la colère des parents d’élèves et la condamnation du ministre de l’Éducation Luc Chatel pour “cet acte inqualifiable”. […] La déléguée des parents d’élèves s’est dite “sonnée, choquée et en colère par cet acte inadmissible”. “Comment peut-on s’en prendre à une école comme celle-ci où le projet pédagogique était important ? C’est incompréhensible”, a-t-elle déclaré à l’AFP. Plus loin Dalila Bragier, la maman de la petite Inès porte une caisse de livres. Elle réagit : “C’est l’état de choc. Depuis un an on signale des incendies dans le quartier. On était attaché à cette école”. Le maire des Clayes-sous-Bois, Véronique Coté-Millard, a exprimé sa vive émotion : “On reste sans voix. L’an dernier un incendie avait détruit un bâtiment qui devait servir de centre de loisirs. S’attaquer à une école, c’est inqualifiable. Tout le monde est en émoi ici. Lundi, nous allons accueillir les parents et les élèves. Une cellule psychologique sera mise en place. Il nous faut accompagner les familles. Les 194 élèves de l’école doivent être répartis dès lundi dans les autres établissements de la commune…” »

 

S’il fallait une mesure pour commencer, ce serait de couper les subventions à toutes les associations qui ont largement participé à nourrir haine et ressentiment envers la France et les Français, et qui continuent d’ailleurs à le faire. Bien sûr, il faudrait alors bien en expliquer les raisons, afin qu’il n’y ait pas d’incompréhension. Nous le voyons, il est dramatique de les avoir ainsi laissés scinder le corps social entre « victimes » et « bourreaux ». Je l’ai déjà écrit : « Notre société récolte à présent la haine que cette approche a instillée dans le cœur des populations issues de l’immigration ».

 

J’avais également évoqué la stupéfaction et l’incompréhension de Thione Niang, Américain d’origine sénégalaise et Président des affaires internationales des jeunes démocrates américains, devant la haine envers la France que des jeunes de l’immigration avait exprimée devant lui lorsqu’il était allé à leur rencontre.

 

Il ne sert jamais à rien de nier la réalité des problèmes. Il faut, bien au contraire, les traiter dès leur apparition, surtout lorsqu’ils touchent à la cohésion nationale. Est-il encore temps d’éviter le pire ? Je n’en sais rien, car n’importe quel évènement peut désormais tout faire basculer et aboutir à ce que la situation échappe au contrôle des pouvoirs publics.

 

Chaque jour me renforce dans ma conviction que ce sont bien toutes les propositions politiques du Puzzle de l’intégration qui doivent être mises en œuvre et ce, de manière urgente. Il faut tourner le dos à l’imbécillité des plans banlieues et autres politiques d’intégration qui se succèdent depuis déjà longtemps, sans fournir les résultats que les Français sont en droit d’attendre au vu des budgets engagés. (Imbécile : « qui est peu capable de raisonner, de comprendre et d’agir judicieusement »)

 

J’ai écrit tout un ouvrage pour vous permettre d’approcher la complexité du problème de l’immigration-insertion-intégration. Les jeunes de l’immigration et leurs parents sont, comme le peuple français, victimes de l’aveuglement de nos élites. Mais, bien entendu, le statut de victime n’excuse rien à mes yeux. J’ai récemment participé à un débat. L’accueil de la salle a été des plus chaleureux. Parmi ceux qui sont venus discuter avec moi à la fin, et surtout me faire part de leur complète adhésion, des personnes d’origine maghrébine et africaine. Toutes ressentent la gravité de la situation à laquelle l’absence de bons sens a conduit notre société.

 

En ce qui me concerne, je continuerai d’écrire et de dialoguer pour faire en sorte que ce sujet soit traité dans sa globalité, tout en veillant à ce que la France ne soit jamais brutalisée. Pour cela, il ne faut pas hésiter à recourir à de vraies sanctions contre ceux qui sèment la terreur et le chaos, mus par leur haine de la France et leur inaptitude à respecter les normes collectives de la société française.

 

Une sanction est réputée efficace lorsqu’elle dissuade de passer à l’acte. Dans le cas contraire, elle ne l’est pas. Nous pouvons donc en déduire que celles qui sont actuellement appliquées sont totalement inefficaces. »

vu sur

 

http://puzzledelintegration.blogspirit.com/archive/2010/04/10/moments-d-espoir.html

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 20:23

 

 

 

 


  

 

 

Monsieur,   

       

Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un colloque à l'Assemblée nationale intitulé "Du racisme anti-arabe à l'islamophobie".

 

      Vous y avez dénoncé, en France, « les mosquées souillées, les discriminations à l'emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l'endroit des populations et des lieux de culte musulmans.

 

       Vous avez montré du doigt l'impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à « un réveil de l'opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles. Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes. De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu’ils appellent (à tort) l'invasion islamo-maghrébine. De cet afflux de populations inassimilables qu'ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité. De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l'afflux de populations qui, ayant chassé l'occupant raciste des territoires qu'il exploitait, ont rendu ces terres à l'heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l'ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.
      

    De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple : « La France nous ronge, le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures. La France est une garce. On nique la France. »

 

    Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n'entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d'entendre des hexagonoïdes chanter qu'ils niquent la France, et qu'ils baisent leurs mères.

 

      C'est sûr qu'il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c'est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.
      

Et ils ont tort. Vous avez raison !

 

     Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu'ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?


    

  Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal. La dignité de l'endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.

      

Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.
      

    C'est sur place, chez eux, alors qu'ils sont encore libres, qu'il faut alerter les milliers d'Afro-musulmans et d'islamo-maghrébins qui s'apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.

 

      Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse : la France raciste ne veut pas d'eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.

 

      Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit. Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.


    

  D'ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n'hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.


    

  Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.
    
 

Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants.


        

  Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.


        

  N'hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d'humiliation, d'exploitation qu'ils vous ont infligée : privez-les de la chance que vous représentez.
     

Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis. Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis, les dirigeants socialistes, communistes, trotskistes et autres.


        

  D'abord cela leur épargnera l'insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier.
    
 

Ils seront bien punis, les racistes !


    

  Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l'air de quoi les Le Pen, les Gollnisch, les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d'horizon, l'ultime avion s'étant évanoui dans l'azur, la dernière camionnette étant passée de l'autre côté de la frontière, ils découvriront qu'ils sont désormais entre eux ?


    

 

 Entre racistes. Tout seuls. Ah, on voudrait voir ça ! 

 

Rien que pour le plaisir.
     
     Cordialement
 

 

 

 

 

       Roland Bonnefous 

 

 

 

 

 

 

A diffuser le plus largement possible. Merci

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 17:03

 

 

 

 

(…) "N’importe quelle population installée dans ces immeubles produirait de la délinquance et de la violence. (…)

 

D’autres émeutes sont à venir.

 

Elles prendront des formes différentes, provoqueront des troubles qui finiront par embraser plusieurs cités.

 

Jusqu’à présent, les jeunes en colère se sont défoulés sur des biens matériels, ils n’ont tué personne. Mais ils répandent la peur parmi les citoyens. Plus personne ne veut être leur voisin, et cela se comprend. C’est le cas de familles immigrées qui, comme des Français, n’en peuvent plus de vivre dans cet enfer. Alors l’Etat ne peut plus attendre ; les “coups de poing” même s’ils sont spectaculaires et nécessaires ne font pas une politique.

 

Or la banlieue a besoin d’une politique de sauvetage sur le court et le long terme. Pour cela, les études et projets abondent. Il suffit de les considérer avec la ferme volonté de soigner un grand corps malade. Sinon, on sait ce qui se passera."

 

 

 

 

 

 

 

Non, Tahar, n'importe quelle population ne produit pas ce type de comportement et chacun sait bien que les enfants des familles françaises défavorisées habitant dans les mêmes conditions ne se comportent de façon aussi bestiale !...

 

Il s'agit là d'une question d'éducation et de culture mais aussi d'utilisation de la faiblesse de gouvernements sans courage.

 

Vous pratiquez vous-même le principe du "toujours plus" en incriminant l'Etat républicain pour lui soutirer encore et encore des avantages...

 

Posez-vous la question de savoir pourquoi cette même marmaille (vous voyez, je suis aimable !) in situ, c'est à dire chez elle, à Alger ou à Casablanca, vivant dans des conditions sociales et économiques déplorables, reste d'un calme olympien...

 

Le bâton, mon bon Monsieur, le bâton...

 

Et de ce point de vue tant Hassan II que Mohamed VI en connaissent un bout...

 

Bouteflika n'est pas mal non plus !

 

Quant à Ben Ali à Tunis, c'est un degré de plus...

 

Allez, mon bon Monsieur, les chiens ne font pas de chats, comme dit le dicton populaire français !!

 

 

Quant à la menace sous-jacente insidieusement distillée "d'autres émeutes sont à venir"...qui viendraient donc perturber la sacro-sainte "paix sociale" (sic) et donc la sieste hautement rémunérée de nos gouvernements successifs...nous le savons parfaitement, cher Monsieur, et nous les attendons même de pied ferme !

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 12:14

 

 

Aux Etats-Unis en 2050 les Blancs seront minoritaires, et ils seront bien contents d’avoir des lois qui protègent et qui font la promotion de la diversité. Et donc c’est très important ces questions de diversité parce que l’Histoire s’accélère [...] et c’est dans votre intérêt…  

Amirouche Laïdi, président du Club Averroès, 10 décembre 2008

 

 

 

 

Ces gens sont à ce point primaires qu'ils pensent que les représentants de nations ayant forgé le monde d'aujourd'hui depuis deux mille ans sont aussi nuls qu'eux et vont gober toutes leurs inversions et falsifications de la réalité et de l'histoire...

 

 

Les Latinos ne sont certes pas blancs-blancs mais ils sont de culture chrétienne et c'est TOUT le problème...

 

Pauvre cloche !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 08:03

 

 

En trente ans, le QI des ados a baissé de 2 points...

 

 

 

 

Merci papa ? Merci maman ?...

 

 

Non !...

 

 

Merci Giscard !

 

Merci Chirac !

 

Merci Nicolas !

 

 

 

L'immigration est une "chance pour la France"...

 

 

 

Ah ! J'oubliais...la prochaine guerre d'Algérie aura lieu en France !

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 19:39

 

 

 

« Immigration de peuplement » : l’appel de 14 députés UMP emmenés par Philippe Meunier, député UMP du Rhône

 

 

 

 

 

La crise mondiale ne saurait expliquer à elle seule l’échec électoral de la majorité présidentielle. Par son vote et son abstention, le peuple a signifié par trois fois (élections municipales, européennes et régionales) son intention de voir ses attentes prises en compte pour son avenir et celui de ses enfants.

 

Il faut donc commencer par mettre fin à un certain “parisianisme politique bien-pensant” qui souhaite imposer sa vision à la nation. Les Français nous l’ont souvent rappelé, et à juste titre, au cours de cette campagne électorale.

 

Notre peuple a une identité et il exige qu’elle soit respectée. Nous sommes culturellement des Gaulois et nous en sommes fiers. Cela ne signifie pas vouloir se recroqueviller sur soi ou avoir une vision ethnique étriquée du peuple français. Au contraire, cela marque l’affirmation d’une chance d’exister dans une mondialisation qui tend à niveler les peuples et les nations.

 

Exprimer la fierté d’être français, c’est exprimer la fierté de notre identité culturelle. Le peuple français souhaite que son identité soit respectée en rappelant, notamment à tous ceux qui résident sur notre territoire national, la nécessité absolue de respecter notre histoire et nos traditions populaires. Nous ne voulons pas du communautarisme et encore moins transiger sur la liberté, la laïcité et l’égalité des sexes.

 

L’identité du peuple français, c’est aussi sa cohésion et un équilibre social. Ouvrier, agriculteur, artisan, commerçant, salarié, patron, nous sommes tous des Français. Grâce au général De Gaulle, la France a pu faire renaître une industrie forte et une agriculture performante. Il est hors de question de laisser tomber l’une ou l’autre, ni les objectifs fixés par le Conseil national de la Résistance. Cela doit être une priorité absolue pour la majorité présidentielle.

 

Après le verbe doit venir l’action.Agir pour l’emploi, agir pour régler la question de la sécurité, agir pour arrêter l’immigration de peuplement, telle doit être notre ligne politique.

 

Agir pour l’emploi et par conséquent le pouvoir d’achat, c’est mettre fin à ces 35 heures qui ont cassé non seulement notre économie mais également le moral de nos concitoyens. Pour ce faire, un accord gagnant- gagnant devra être trouvé avec l’ensemble des partenaires sociaux. Faute d’accord, il faudra prendre nos responsabilités. Il faut aussi arrêter de faire peser des contraintes supplémentaires sur les ménages français et sur la compétitivité des seules entreprises françaises, avec la taxe carbone. En effet,celle-ci doit concerner avant tout les produits qui ont parcouru des milliers de kilomètres pour être vendus dans les hypermarchés. Elle doit être instituée aux frontières de l’Union européenne. Les produits importés devront également participer au financement de notre protection sociale. Il faut aussi retrouver un patriotisme économique qui fait cruellement défaut et surtout payer correctement les salariés. La mondialisation n’excuse pas tout.

 

Agir pour la sécurité, c’est prendre les mesures nécessaires pour punir, afin de mettre hors d’état de nuire, ceux qui s’imaginent pouvoir frapper impunément les plus faibles d’entre nous. Les peines de prison doivent ainsi être appliquées. Les délinquants étrangers arrêtés et condamnés devront être expulsés du territoire national une fois leur peine purgée. Cela évitera un certain nombre de récidives.

 

Agir pour stopper l’immigration de peuplement, c’est préserver la paix civile et notre système de protection sociale, faute de quoi les digues finiront par céder devant les extrémismes de tous bords. Il n’y a pas d’autre choix si nous voulons réussir à assimiler tous les Français récemment naturalisés car, nous le savons tous, en ce domaine,l’échec est patent.

 

Les trois derniers scrutins doivent être pris en compte. C’est la raison pour laquelle il est temps de retrouver et de mettre en oeuvre l’ensemble des engagements présidentiels de 2007. Nous sommes convaincus que seuls les fondamentaux d’une droite populaire et républicaine, à l’écoute de tous les Français, peuvent redonner à la France son courage et son dynamisme.

 

 

 

 

Les députés UMP cosignataires : Yves Albarello (Seine-et-Marne), Claude Bodin (Val-d’Oise), Jean-Pierre Decool (Nord), Nicolas Dhuicq (Aube), Sauveur Gandolfi-Scheit (Haute-Corse), Jean-Paul Garraud (Gironde), Christophe Guilloteau (Rhône), Marc Le Fur (Côtes-d’Armor), Jacques Myard (Yvelines), Yanick Paternotte (Val-d’Oise), Jacques Remiller (Isère), Patrice Verchère (Rhône) et Michel Voisin (Ain).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 00:16

 

 

La République en quête de respect (rapport de la commission d'enquête sur la délinquance des mineurs - extrait - Sénat 2001 )

 

 

 

D. UNE SURDÉLINQUANCE DES JEUNES ISSUS DE L'IMMIGRATION

 

Jusqu'il y a peu, il était difficile d'évoquer la surdélinquance des jeunes issus de l'immigration sans qu'une telle attitude passe pour une stigmatisation.

 

Il y a quelques mois, M. Christian Delorme, le « curé des Minguettes » évoquait ainsi cette situation :

 

« En France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses, parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la surdélinquance des jeunes issus de l'immigration, qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons impose l'évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement. Et encore, les politiques ne savent pas comment en parler ».

 

L'enquête de délinquance autorapportée conduite en 2000 par M. Sébastian Roché a apporté des précisions sur cette question.

 

Elle montre que la majorité des délits peu graves sont commis par des adolescents dont un parent ou les deux parents sont nés en France (68 %). Une forte minorité des actes peu graves sont commis par des personnes dont les deux parents sont nés hors de France (32 %).

 

Pour les actes graves, la situation est un peu différente. Les adolescents dont les deux parents sont nés hors de France commettent 46 % des actes graves. Lorsque la question est posée aux adolescents qui vivent dans les HLM, les jeunes d'origine maghrébine représentent 39 % des actes peu graves et 47 % des actes graves. Ces chiffres mettent en relief le fait que les actes de délinquance des adolescents maghrébins sont fréquents. (...) 

 

Le Monde, 4 décembre 2001.

 

 

 

 

 

 

 

Le chiffre de 47% des actes graves commis par les seuls maghrébins (chiffre auquel il conviendrait donc d'ajouter les actes commis par les Africains sub-sahariens) doit être rapporté au chiffre de 8% de représentation sur le sol national des personnes de cette seule origine géographique.

 

Autrement dit la moitié de tous les délits graves d'un pays commis par moins d'un dixième de sa population !...

Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 14:02



Etienne Mougeotte, directeur du Figaro, ce quotidien qui prétend s'adresser à un lectorat de droite, a licencié notre ami, Eric Zemmour, le talentueux journaliste qui osait dire tout haut ce que nous pensons tous sur l'état de notre pays et sur son invasion orchestrée en haut lieu.

Ainsi, en prétendant baîllonner  Eric Zemmour, ce sont les 65% de Français qui disent non à l'islamisation de la France que l'on baîllonne (sondages effectués aprés le vote suisse).

C'est notre liberté de parole que l'on bafoue !

C'est l'obscurantisme des lâches et des soumis que l'on exhibe sans vergogne !

C'est le déshonneur de la Presse, d'une Presse stipendiée, que l'on étale !

La liberté et la fierté ne se quémandent pas, ne se négocient pas, elles s'imposent... y compris dans la rue !!


Mou'z'otte a fait un faux-pas de trop !

Il faut enfin comprendre qu'il n'est que temps de sonner le tocsin !

  


Partager cet article
Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 15:13



DES VISAS DE 5 ANS, KAFALA ET PRÉSERVATION DU STATUT DÉROGATOIRE


Ce que propose Alger dans l’accord de 1968


11 Mars 2010
 

L'Expression.dz.com (Alger)
 

 

Selon une source proche du dossier, plus de 120.000 titres de séjour ont été délivrés en 2009 par les services consulaires d’Algérie en France.


La libre circulation des personnes et la kafala (ndrl: l'adoption) sont parmi les éléments fondamentaux exigés par l’Algérie dans les négociations menées sur l’accord de 1968. Alger veut tirer le maximum d’avantages tout en préservant le statut dérogatoire consacré par l’accord de 1968. «Nous sommes soucieux de préserver les acquis de l’accord de 1968 qui consacre un statut particulier et dérogatoire pour la communauté algérienne établie en France», a confié à L’Expression une source proche du dossier.

Plus explicite, notre source ajoute: «Nous ne voudrions pas qu’il y ait une révision de l’accord de 68 sur la base d’une vision qui consacre un peu la politique de gestion concertée des flux migratoires et également sur la base de la politique de l’immigration choisie.» Cette position est justifiée par le fait qu’une telle approche risque de porter atteinte à la matière grise du pays.

Tout en rejetant cette option appliquée avec la Tunisie, Alger veut garantir plus d’avantages à ses ressortissants installés en France. Sur ce point, notre source fait savoir que dans ses propositions, l’Algérie réclame l’institution d’un visa de circulation de court séjour d’une durée de validité allant de 1 à 5 ans pour certaines catégories.

Il s’agit des chercheurs, des cadres universitaires, des hommes d’affaires et même des personnes malades qui suivent des soins réguliers. «Nous avons demandé la facilitation de visas pour les visites familiales et le regroupement familial», a encore avancé notre interlocuteur.

Concernant la kafala, notre interlocuteur reconnaît que les familles qui veulent adopter des enfants rencontrent beaucoup de difficultés. «Il faut gérer ce problème dans le cadre du regroupement familial», a-t-il affirmé en avouant que cette procédure dure parfois presque deux ans.

Résumant la position de l’Algérie, notre source affirme: «Nous ne voudrions pas que la communauté algérienne soit traitée selon des dispositions de droit commun français.»

Selon notre interlocuteur, la prochaine réunion interviendra à la fin du mois, au plus tard début avril à Paris. Cette session sera-t-elle la dernière étape? Notre source assure que les discussions sont à un stade avancé sans pour autant donner plus de détails. Les deux parties vont se concerter sur les modifications à apporter à cet accord de manière à arranger les deux pays.

La révision de l’accord, indique notre source, a été faite sur une demande persistante du gouvernement français. Pourquoi? La France veut actualiser cet accord et l’adapter aux nouvelles dispositions introduites récemment.

Elle vise, à travers cette révision, à inscrire l’accord dans la démarche de gestion des flux migratoires menée dans le cadre de l’immigration choisie.

Une approche réfutée par Alger.

Vu la forte présence de la communauté algérienne en France, Alger insiste sur la dimension humaine, qui donne un caractère spécifique à la relation entre l’Algérie et la France.

Interrogée par ailleurs, à propos du nombre des visas délivrés par les services consulaires, notre source avance qu’ils sont plus de 120.000 titres de séjour à avoir été octroyés en 2009. Ce chiffre n’est pas loin de celui des visas délivrés par l’ambassade de France à Alger.

Elle précise encore que la durée de délivrance des titres est de vingt-quatre heures. Pour les opérateurs économiques désirant se rendre en Algérie, ils bénéficient d’un traitement spécifique. «Lorsque le demandeur se déplace en personne, le visa est délivré sur place», souligne la même source.

Sur les difficultés soulevées par la partie française, notre interlocuteur explique que celles-ci sont liées à la nature des visas qui sont de courte durée.

Se référant à la nouvelle loi sur la circulation des étrangers adoptée dernièrement en Algérie, notre vis-à-vis assure que «les services consulaires sont en train d’appliquer ces dispositions pour délivrer des visas d’une durée de deux ans».

Partager cet article
Repost0