Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 14:31



La Creuse aime Mayotte

La Creuse aime Mayotte



Le Conseil général de la Creuse a crée un poste de
« chargé de mission de la question mahoraise dans la Creuse », qui sera chargé de mettre en oeuvre les actions prévues dans la convention récemment signée entre les deux départements. Objectif : accueillir et intégrer les étudiants et les familles mahoraises dans la Creuse.


« C’est une chance d’avoir ainsi une population jeune qui arrive et il ne faut pas la rater »,
explique le vice-président du Conseil général de la Creuse, André Mavigner. 

Or, pour l’instant, le taux d’échec des étudiants d’origine mahoraise est proche de 100 %, les familles se ghettoïsent et ne parlent pas du tout le français.


Leur intégration représente donc un défi de taille, qui risque de coûter cher aux Creusois et finalement à tous les Français.


NDLR: Un tel degré d'irresponsabilité au regard du fait national laisse pantois de la part d'un élu bien que l'élection ne soit pas un gage d'intelligence et de clairvoyance, ce dont nous avons hélas la preuve chaque jour...

En outre, il faut penser au coût des nombreuses mosquées qu'il va falloir édifier aux frais du contribuable !...

20 régions françaises sur 22 gérées par ce genre de minus, il est grand temps que cela change !

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 18:04



L’EDITO DE CYRANO (extraits)
Pourquoi suis-je français ?

lundi 23 novembre 2009



Je suis français parce que je suis de nationalité française. Que ma nationalité soit d’origine ou acquise, peu importe, pourvu que je me reconnaisse fils d’une nation, c’est-à-dire d’un ensemble d’humains unis par une communauté de territoire, de langue, de traditions et d’aspirations. Le territoire, c’est ma maison ; la langue en est la clé ; les traditions en sont les fondations ; les aspirations sont les portes et les fenêtres. Le tout, c’est mon présent. C’est ce présent localisable, parlant, historique et prospectif que j’incarne quand je me déclare français. Mon identité est donc plus que ma carte d’identité : c’est un vouloir-être qui m’oblige à réagir contre ceux qui ne veulent pas de la France alors même qu’ils y vivent ou qu’ils en vivent. Mon identité est une action !


L’Histoire qui me porte est aussi l’Histoire que je porte dans un sentiment permanent d’auto-défense. Mon identité est un silence intérieur capable de colères. L’actuel débat sur l’identité nationale corrobore cette évidence. La France gronde en moi comme en chaque Français qui aspire à rester français, car l’actuelle identité de la France est en train de changer l’identité des Français ! Les Français en ont assez, en effet, de vivre au quotidien l’altération de leur être. Etre français, c’est donc être hostile à ceux qui sont hostiles aux lois françaises, à commencer par celles qui sont perçues comme lois du pays d’accueil. Je suis français parce que je dénonce la « nouvelle France » !


Je suis français parce que je suis révolté d’entendre, sur mon sol, des manifestants hurler des slogans antisémites ou soutenir les terroristes du Proche-Orient.

Je suis français parce que je ne supporte pas que des drapeaux étrangers ou des banderoles francophobes soient brandis agressivement lors de rencontres sportives ou dans des manifestations de rue.

Je suis français parce que je ne tolère plus les personnes qui, sous le couvert de nos lois, font le lit de leur culture en défaisant celui de la République.

Je suis français parce que je ne veux plus de ces prêcheurs qui, au nom d’une religion, tiennent des discours anti-occidentaux.

Je suis français parce que je n’apprécie pas du tout qu’il y ait dans nos banlieues des hommes et des femmes pour voir en Ben Laden un saint ou un héros.



Je suis français parce que je n’ai plus la sollicitude que j’avais naguère pour les « sans-papiers » et autres hors-la-loi qui squattent nos églises et méprisent nos droits en exigeant des droits différentiels.

Je suis français parce que je n’accepte plus que des élèves ordonnent qu’on réécrive les cours d’Histoire au seul motif que l’enseignant leur présenterait une vision exclusivement judéo-chrétienne du monde.

Je suis français parce que je ne comprends plus que des étudiants musulmans récusent la mixité, les enseignantes, les enseignants non musulmans, la pensée déiste, encyclopédiste, athée, les Lumières, les cours de littérature, de philosophie, de physique, de biologie, de sport, en un mot tout ce qui gêne leurs convictions célestes.

Je suis français parce que je suis excédé de ne plus pouvoir mettre, à Noël, une crèche dans une vitrine ou un sapin dans une école sans déclencher une commission d’enquête.


Le Français que je suis enrage d’apprendre qu’un train peut être un lieu de tabassage ou de viol, voire un moyen de transport quasi gratuit pour ces anonymes qui tabassent et qui violent, et dont l’identité, systématiquement tue, se révèle pourtant par ce silence même !

Le Français que je suis serre les poings lorsqu’il entend Dominique Baudis avouer personnellement « ne plus pouvoir sortir dans certains quartiers sans se faire traiter de « sale Français » (FR3 Toulouse, 1999) !

Le Français que je suis souffre de savoir qu’en 2002, François Bayrou – qui s’était rendu à Strasbourg dans le cadre de la campagne présidentielle – a vu les vitres de la mairie où il se trouvait brisées par des pierres, comme s’il était le Mal, et qu’en 2005, Nicolas Sarkozy, visitant une cité « difficile » d’Argenteuil, a été caillassé de la même façon comme s’il était le Diable !

Le Français que je suis n’est pas près d’oublier l’image incroyable du visage de Jacques Chirac couverts de crachats de « jeunes » lors d’une visite à Mantes-la-Jolie, le 4 mars 2002, ni la Marseillaise sifflée en 2001, 2007 et 2008 au stade de France !


Je suis français lorsque je m’insurge contre la tiers-mondisation de nos cités, d’où les autochtones sont chassés au prorata de l’arrivée des étrangers, conformément à une politique immigrationniste suicidaire qui aligne progressivement notre pays sur le Kosovo – devenu musulman à 90% en moins de 50 ans !

Je suis français lorsque je vomis le racisme anti-blancs, comme tout autre forme de racisme, et par conséquent, lorsque je tempête contre la discrimination positive » – en laquelle j’aperçois l’avancée du « racisme positif » sitôt qu’elle se fonde sur la couleur, et du « politiquement correct » dans ce qu’il peut avoir d’imbécile et de pleutre !

Je suis français lorsque je fulmine contre les lois françaises appliquées du bout des lèvres dans les « cités » et les « banlieues ».

Je suis français en refusant de baisser les yeux quand je croise les occupants de zones hypocritement qualifiées de « non-droit ».

Je suis français lorsque je n’entends plus être une victime « ethnique » de la violence ordinaire, que ce soit pour une aile froissée, une priorité refusée, une cigarette que je n’ai pas la chance d’avoir sur moi, un sandwich au jambon jugé « insultant », un geste ou un mot interprété de travers, ou le simple fait d’être là.


Je suis français quand j’anticipe les violences qui n’auraient pas manqué d’éclater dans tout l’Hexagone au soir du 18 novembre 2009 si la victoire frauduleuse de l’équipe de France de football avait été obtenue non contre l’Irlande mais contre l’Algérie.

Je suis français quand je constate, scandalisé, que les fêtes du Nouvel An célèbrent le renouvellement flambant neuf du parc automobile !

Je suis français quand j’exige que soient sévèrement punis ceux qui téléphonent aux pompiers et aux médecins pour les faire tomber dans d’immondes traquenards.

Je suis français quand s’agitent en ma mémoire les voyous qui saccagent nos lieux de vie parce qu’un des leurs s’est tué accidentellement au volant d’un véhicule volé, et qui, profitant de ce drame, jettent par la fenêtre de leur immeuble frigidaires, machines à laver, téléviseurs et autres objets « anodins », défoncent les devantures de locaux et de magasins à la voiture bélier, attaquent les commissariats au lance-roquette, accueillent les forces de l’ordre à coups de pierres, de boules de pétanque, de cocktails Molotov, de revolver ou de fusil, incendient tout ce qui peut brûler, trafiquent la poudre, les véhicules et les armes... quand ils ne s’engagent pas dans des cellules terroristes pour semer sur notre sol ou ailleurs la dévastation et la mort !


Je suis français quand des rappeurs veulent « niquer la France », quand Houria Bouteldja (ndlr: la pute !) traite mes compatriotes de « souchiens », quand je dénonce l’islamisation de mon pays comme des pays européens

(...)


Je suis français plus que jamais quand, au nom de cet universel, je pense aux Français qui ont donné leur vie non seulement pour que je n’aie pas à donner la mienne, mais encore pour que je puisse vivre les valeurs qui les ont tenus debout quand tout s’écroulait autour d’eux. Ces valeurs ne doivent pas être noyées dans je ne sais quelle honte nationale : c’est par elles et pour elles que je suis ce que je suis.

Je suis français par résistance !



Cyrano (pour Riposte Laïque)

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 19:16




Florilége chiraquien !
 

24 novembre 2009

 



1976 : « Notre histoire est celle d’une Nation de la vieille Europe qui a donné au monde moderne l’essentiel de ses valeurs, qui n’a jamais cédé lorsqu’elles étaient menacées, qui a su en faire le patrimoine de chacun d’entre nous. Sur ces valeurs, nous avons fondé notre prestige, exalté notre unité. » – Congrès fondateur du RPR


1978 : « Comme toujours quand il s’agit de l’abaissement de la France, le parti de l’étranger est à l’œuvre, avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l’écoutez pas. C’est l’engourdissement qui précède la paix de la mort. » – Appel de Cochin


1985 : « Il y a un type, Le Pen, que je connais pas et qui n’est probablement pas aussi méchant qu’on le dit. Il répète certaines choses que nous pensons, un peu plus fort et mieux que nous, en termes plus populaires. » – Entretien avec Franz-Olivier Giesbert


1986 : « Lorsque nous serons huit à dix milliards d’être humains, Européens, Américains du nord et Soviétiques ne représenteront plus que 20 % de cette multitude. Il est à craindre que notre richesse, notre culture, notre savoir ne pèsent pas lourd face à un déferlement qui se présentera forcément sous le seul aspect du rapport de force. » – Discours devant la Fondation du futur


1988 : « Si je ne peux pas l’admettre [la multiplication des réactions racistes et xénophobes], je peux le comprendre. » – Marseille


1990 : « Plus on aura d’immigration, plus on aura d’insécurité. Ce n’est pas une question ethnique mais notre immigration est une immigration bas de gamme. On va vers de graves conflits raciaux qui seront la conséquence du refus des Français d’être envahis par d’autres cultures. Toute race a l’instinct de se préserver. » – Le Nouvel Obs


1991 : « Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui ensemble gagnent environ 15 000 francs et qui voit sur le palier à côté de son HLM entassée une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses et qui gagne 50 000 francs de prestation sociale sans naturellement travailler… Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, hé bien le travailleur français sur le palier, il devient fou. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela. – Discours à Orléans


1996 : « J’ai toujours beaucoup respecté la période de l’empire colonial français. Je pense qu’il s’agit là d’une belle page de notre histoire et je ne la renie en aucun cas. » – Brazaville


2009 : « A mon avis il est pas tout à fait né, natif de… » – Bordeaux




Jacques...tu es libre maintenant !

Tu peux faire la nique à celui qui parle de métissage, se laisse manipuler par une gauchiste et nous cloque de la discrimination positive et la Halde...celui qui méne notre patrie à l'abîme ! 


Prends ta revanche !

Envoie-le dans les cordes !

Oublie les Hariri et les Arafat...fais pénitence !

Ne te contente pas de sondages de concierges !

Prends la défense du pays livré aux carriéristes de tout poil !

Laisse un nom...pas celui de la faiblesse, du laissez-faire, du clientélisme et de la trahison de fait ! 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 23:14




« La France est à nous ! » « Sarkozy est un âne »

22 novembre 2009   FDS


|

« França frança m’ta3na »                    « Sarkouzi 7imaroun »

Voilà les slogans qui se mêlaient aux cris de joie et de victoire des supporters de l’équipe d’Algérie.

En toute impunité et sur les Champs Elysées !!



Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 10:30


IL VA FALLOIR Y ALLER !...





Le drapeau français arraché au Capitole de Toulouse et remplacé par le drapeau algérien

21 novembre 2009

 

Des supporteurs ont escaladé les murs du Capitole, pour hisser le drapeau algérien sur le bâtiment, emportant par la même occasion les drapeaux européen, français et occitan.

Un premier bilan de la soirée faisait état d’une vingtaine de voitures brûlées et des containers incendiés.



Nous ne pouvons laisser notre pays se gangrener à ce point !

France, notre France, ma France, réveille-toi !

Retrouve ta fierté du temps de l'Empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais !

Nous ne pouvons recevoir toute la misère du monde et encore moins toute cette lie verdâtre, toujours la même !

Séparons le bon grain de l'ivraie !

Renvoyons la racaille haineuse chez elle !

Permettons au citoyen de se défendre et donnons lui des armes !

Nous avons voulu jouer aux apprentis sorciers nunuches, sachons en constater l'échec et tirons-en les conséquences jusqu'au bout !...

Il faudra qu'un gouvernement courageux sache enfin prendre les décisions qui s'imposent, sinon le peuple le fera pour lui...

Sachons ne pas nous lier les mains tant au regard de la nature de notre population qu'en matière d'emprunt et sachons choisir le bailleur de fonds avec circonspection...

A bon entendeur ! 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 08:09

Voilà ce que l'on peut lire sur le site des "Indigènes de la République"





L’équipe algérienne pulvérise la politique d’intégration



par Atman Zerkaoui







 


Il y a des victoires qui assomment plus que l’adversaire et qui raisonnent plus loin que l’endroit où elles ont lieu. Dans les minutes qui suivirent la victoire, qui a permis à l’équipe algérienne de se qualifier à la coupe du monde de football, deux choses se sont déroulées :



1. Sur i-Télé, Eric Besson, qui est alors près du stade de France, se faisait interviewer pour parler des espoirs de qualification de l’équipe de France. Puis le journaliste, en studio, pose la question « qu’est ce que vous inspire la qualification de l’Algérie ? » (Ou quelque chose comme ça, je ne suis plus sûr des mots exacts). Peine perdue ! Eric est déjà loin. Il a fallu moins de trois seconde à Monsieur le ministre pour disparaitre loin du champ de vision de la caméra. Hasard ? Je ne saurais vous le dire. Mais avouer que ça prête à sourire.



2. Quelques minutes plus tard, sur la chaine algérienne canal Algérie, un journaliste sportif fait ce commentaire. Il a dit que grâce au parcours et à la qualification de l’équipe algérienne, la jeunesse a d’autres modèles que les joueurs européens : des joueurs arabes.

Pourquoi ne vous parlez que de ces deux faits ? Pour le premier, parce que c’est simplement plaisant, et pour tout dire, franchement rigolo. Pensez, à chaque fois que je verrai la tête de Besson, que c’est le type qui s’est barré pour pas parler de la qualification de l’Algérie alors qu’il est pas certain du sort de l’équipe de France. Ha ha ha ! Je me marre.


Pour la deuxième. C’est non seulement parce que c’est la meilleure analyse que l’on puisse faire de cette victoire, mais aussi car c’est le meilleur pied de nez à ceux qui nous bourre le crane avec la haine de soi et la honte de nos parents et de nos origines. Bref l’équipe de foot algérienne a réduis en bouille tout un pan de la politique d’assimilation française.


Il n’y a qu’un mot : bsahtek !



Atman Zerkaoui







Rhône (69) : Des drapeaux français d’un monument aux morts arrachés puis brûlés



Le député UMP Philippe Meunier a dénoncé jeudi « les actes de délinquance » commis en France par des supporteurs après la qualification de l’Algérie pour le Mondial-2010, évoquant notamment « des drapeaux français d’un monument aux morts arrachés puis brûlés ». « Des drapeaux français d’un monument aux morts arrachés puis brûlés, des policiers blessés, des voitures incendiées, des magasins et des bus caillassés par des supporteurs de l’équipe nationale d’Algérie dans les différentes villes du département du Rhône et de France: assez! », dénonce l’élu du Rhône dans un communiqué

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 18:13



Emeutes dans toute la France au lendemain de la qualification de l'Algérie au Mondial de football, l'heure était jeudi au bilan, entre blessés et véhicules incendiés.

Photographe : Michel Gangne AFP :: Des supporteurs de l'équipe d'Algérie à Marseille, le 18 novembre 2009.

Quinze personnes, dont cinq mineurs, ont été placées en garde à vue à Marseille à l'issue des incidents qui ont terni mercredi la liesse saluant la qualification de l'Algérie pour le Mondial-2010 de football, a-t-on appris jeudi de sources policière et judiciaire.


Trois d'entre elles ont été déférées en comparution immédiate dans l'après-midi et un mineur a été convoqué par un juge des enfants, tandis que les investigations se poursuivent pour les autres, a précisé le parquet.


Soixante-six véhicules ont été incendiés en Seine-Saint-Denis dans la nuit de mercredi à jeudi après les matches de qualification pour le mondial de foot 2010, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

 

Près de 150 véhicules ont été brûlés, dont 64 dans le Nord, 44 dans l'agglomération lyonnaise, une quinzaine à Marseille, une vingtaine dans la Loire, trois à Montbéliard (Doubs) et quelques-unes à Valence. Les pompiers sont également intervenus pour des incendies de scooters et de poubelles.


A Vaulx-en-Velin (Rhône), où plusieurs centaines de supporteurs s'étaient rassemblés, un supermarché Casino a été pillé, notamment les rayons téléphonie et hi-fi, pour des dégâts évalués à "environ 2.000 euros" par la direction. Un magasin "MontBlanc" a également été pillé à Paris.


Plusieurs vitrines ont été brisées par des projectiles à Lyon, Marseille, Grenoble, Roubaix (Nord) et à Paris, sur les Champs-Elysées, ainsi que les vitres d'un bus sans voyageur à Argenteuil (Val d'Oise), dont le chauffeur a reçu un bout de verre dans l'oeil.


Des projectiles, essentiellement des bouteilles, ont été lancés sur les forces de l'ordre, blessant un policier à Valence, trois à Lyon et deux dans le Nord, à Douai et Maubeuge, où les pompiers ont également essuyé des caillassages.


Les policiers ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes, notamment sur les Champs-Elysées et à Grenoble, puis en chargeant.


Par ailleurs, des heurts ont opposé à distance des jeunes gens et les forces de l'ordre à Paris, sur le Vieux Port de Marseille, et dans le Nord. "On a joué au chat et à la souris, mais sans affrontements directs", a indiqué la police de Roubaix.


Selon un bilan provisoire, plus de 150 personnes ont été interpellées dans la nuit, notamment pour jets de projectile, violence et outrage à agent, dont 63 à Paris, 30 dans le Nord, 24 à Grenoble, 15 à Marseille, 15 à Lyon, 5 dans la Loire et 2 à Strasbourg.

 


Dès le coup de sifflet final, qui a marqué mercredi soir la victoire (1-0) de l'Algérie face à l'Egypte à Khartoum, plus de dix mille personnes ont manifesté leur joie dans les grandes villes de France. Par petits groupes, les supporteurs des "Fennecs" ont klaxonné ou dansé, drapeau algérien au vent.


A Paris, la foule a scandé "1,2,3, viva l'Algérie !"  De nombreux supporteurs sont montés dans les arbres, sur les capots des voitures ou sur des pylônes électriques, tirant pétards et feux d'artifice dans une ambiance de liesse.


Fermés à la circulation dans un premier temps, les Champs-Elysées ont été transformés l'espace de quelques heures en piste de rodéo, avant que la circulation ne soit progressivement rétablie dans la nuit.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 14:37





"Nous n’avons pas besoin de gens qui vivent des prestations sociales d’un pays qu’ils rejettent, qui ne se sentent pas concernés par l’éducation de leurs enfants, et produisent à la chaîne des petites filles voilées. Cela vaut pour 70% des Turcs et
90% des Arabes de Berlin".
 
 

Thilo Sarrazin, administrateur de la Bundesbank, septembre 2009



Un p'tit goût de déjà vu et de déjà entendu...non ?...


Finalement, va falloir déclarer la guerre à la Turquie et à l'Algérie...

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 23:08




Belgique : retrait de la nationalité belge à des binationaux

13 novembre 2009   FDS

Sept binationaux belgo-marocains, aux lourds casiers judiciaires, vont perdre la nationalité belge. C’est la première fois depuis la fin de la guerre que la Belgique décide de retirer la nationalité à des naturalisés.

La Belgique comptera bientôt sept Belges en moins dont Tarek Amor Sliti et Abdelkrim El Hadouti, deux comparses du réseau de Nizar Trabelsi. Pour un autre membre, le Belgo-Marocain de Bruxelles Tarek Maaroufi qui était devenu belge fin 1993, c’est déjà chose faite depuis le 26 janvier 2009.

Les procédures visent également Abdelkader Belliraj – récemment condamné à perpétuité au Maroc et soupçonné de six assassinats en Belgique dont celui du professeur Joseph Wybran – et Mohamed Reha, condamné à 10 ans de prison au Maroc pour y avoir constitué un réseau dans la mouvance d’al-Qaida. Abdelkader Belliraj et Mohamed Reha, qui sont détenus au Maroc, perdront la nationalité belge sans avoir revu la Belgique. La procédure visant Reha est fixée au 19 janvier. Arrêté le 11 novembre 2005 à Tanger, Reha, qui n’a que 22 ans, avait été condamné le 19 septembre 2007 à Rabat avec 17 membres de son réseau, dont deux anciens de Guantanamo.

La Belgique a décidé de retirer la nationalité à ces individus dont le comportement, condamnations à l’appui, montre qu’ils ont «gravement manqué aux obligations d’un citoyen belge» , encore que – sauf dans le cas de Belliraj – c’est parce qu’ils sont devenus belges via un mariage blanc (mariage simulé) que la décision est prise.

Enfin, un projet de loi en préparation chez Melchior Wathelet visant à mieux préciser les critères susceptibles d’entraîner la perte de la nationalité belge permettra de multiplier ces procédures. Ce texte pourrait être adopté avant la fin de l’année. La perte de la nationalité entraîne celle des avantages – matériels et autres – liés à celle-ci.






Je suis un des rares défenseurs du maintien de la bi-nationalité pour tous ceux ayant vocation à retourner chez eux du fait de leur refus d'intégration dans le moule national...

Je m'en étais ouvert à une personne qui combat pour la nationalité unique laquelle, dans le cas présent, serait évidemment la nationalité française, en lui expliquant que l'imposition d'une seule nationalité revenait à nous interdire tout retrait de celle-ci à des groupes qui n'ont rien à faire chez nous.

La réponse avait alors été fermement négative au motif qu'au terme de deux à trois générations ce n'était ni souhaitable ni moralement possible...

Ce propos suffit dés lors à anéantir chez moi toute vélléité de lutte commune !

Nous voyons que les Belges, eux, ont bien cerné le problème et ont décidé de ne pas s'embarrasser de notions aussi lénifiantes !

Au fait...j'avais omis de vous dire que la personne dont il s'agit a pour prénom Marine !...

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 15:34


La fierté  et la lucidité d'Albion lui reviendraient-elles aprés les paroles de simple bon sens prononcées par Lord Sacks, Grand Rabbin d'Angleterre ?

L'on pourrait en douter à la lecture de la conclusion angoissée du journaleux de "The Telegraph" qui s'interroge sur l'emploi par Lord Sacks de la formulation "indigenous population of Europe"...

Serait-ce vouloir définir les européens d'origine par opposition à l'invasion muslim subie...

Oh ! No ! My God ! 





Lord Sacks, le Grand Rabbin d’Angleterre, a déclaré mercredi soir au club de réflexion Theos :

« L’Europe, du moins la population européenne de l’Europe, est en train de mourir. Cela fait partie des vérités qu’on ne peut pas dire aujourd’hui. Nous sommes en train de subir l’équivalent moral du changement climatique, et personne n’en parle. »



La presse anglaise s’interroge : « le grand rabbin s’inquiète-t-il des immigrés musulmans ? »

“Where today in European culture with its consumerism and instant gratification – because you’re worth it – where will you find space for the concept of sacrifice for the sake of generations not yet born? Europe, at least the indigenous population of Europe, is dying.That is one of the unsayable truths of our time. We are undergoing the moral equivalent of climate change and no one is talking about it.


Partager cet article
Repost0