Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles RÉCents

Catégories

13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 13:48







Les Africains fêtent l’arrivée au pouvoir du nouvel élu. Pourtant l’accession à la présidence d’un tel homme serait impossible dans cette partie du monde, estime l’écrivain mozambicain Mia Couto :

Soyons clairs. Obama est noir aux Etats-Unis.

En Afrique, il serait métis.

Si Obama avait été africain, il aurait vu sa race opposée à son visage.

Non pas que la couleur de la peau soit importante pour les peuples qui espèrent de leurs dirigeants compétence et travail sérieux.

Mais les élites prédatrices feraient campagne contre quelqu’un que l’on qualifierait de “non authentique Africain”.

Le même frère noir qui est célébré comme le nouveau président des Etats-Unis aurait été vilipendé ici comme représentant des “autres”, des autres races, d’un autre drapeau (ou d’aucun drapeau).



ON POURRAIT LEUR FAIRE CADEAU DE NOTRE HALDE QUI NOUS COÛTE 11 MILLIONS D'EUROS PAR AN POUR PRATIQUER LA DISCRIMINATION NEGATIVE A L'EGARD DES BLANCS...



Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 19:03



Le soutien à Israël se poursuit en France



 
12 janvier 2009

A Marseille et a Lyon des manifestations ont réuni dimanche 11 janvier des milliers de personnes pour témoigner de leur solidarité avec Israël. De très nombreux messages de soutien continuent d’affluer à l’Ambassade d’Israël émanant de citoyens de toutes confessions et de toutes origines. Ils expriment la solidarité avec les populations israéliennes du Sud du pays sous le feu des missiles du Hamas, l’encouragement à Israël qui assure son droit à la légitime défense ou encore l’inquiétude pour l’avenir de paix auquel tous les peules de la région ont droit. En voici quelques extraits :


Je ne connais personne en Israël, mais je me permets de vous écrire ces quelques mots pour vous dire que je soutiens votre action pour défendre votre pays.
Courage, malgré ces manifestations pleines de haine et de préjugés, vous finirez par vous faire comprendre, j'en suis sûr.

 

                                                            *****
Suite à la réaction d'Israël face à la bande de terroristes du Hamas, je tiens à vous témoigner, comme je l'ai déjà fait en d'autres occasions, mon soutien.
Les quelques réactions en Europe de quelques vociférateurs pro-palestiniens, prouvent que les européens doivent se tenir sur leur garde car les intégristes musulmans, qui pour l'instant se cachent, sont devenus une plaie pour l'Europe.
Certes il est dramatique que les populations civiles souffrent des réactions justifiées d'Israël, mais comment mieux cibler un adversaire qui a contaminé toute une population et qui l'oblige à subir.
Faite au mieux, et surtout courage à tous les réservistes mobilisés. 
Je tiens à préciser que je n'ai aucun lien direct ou indirect avec le peuple juif.


                                                             *****

En dépit des difficultés et souffrances que représente une opération militaire, je soutiens sans réserve l'action d'Israël à défendre ses citoyens contre les roquettes lancées par une organisation terroriste qui se fiche de la vie de ses propres citoyens alors que, j'en suis convaincu, la majorité des palestiniens aspire à vivre en paix avec Israël.
En tant que citoyen et que chrétien, je reconnais à Israël le droit de se défendre autant qu'il le faudra.
Shalom Israël


                                                              *****

Au moment ou des manifestants se déchainent contre votre pays, je veux exprimer la compréhension, le soutient qu'une majorité de français, malheureusement silencieuse, réserve à l'action d'autodéfense légitime engagée par votre gouvernement. Les médias français ne reflètent pas l'opinion des citoyens, ils s'attachent surtout à les manipuler.
Ce soir, en pensée, j'accompagne les soldats qui investissent Gaza.


                                                               *****

Pendant plus de 8 ans, Israël à été impunément bombarder, remettant en cause sa souveraineté, muselé, liées par les instances international faisant fit des morts Israéliens et aujourd'hui Israël riposte, frappe à la mesure des coups reçus et le monde cri à la paix  entre les parties maintenant en faisant preuve d'un courage et d'une sagesse à deux sous.
Je ne suis rien ni personne mais je ne resterai pas sans réagir et vous faire part de mon soutien dans vos actions, mes prières vous accompagnes ainsi que vos soldats sur le front et les habitants, je garde aussi l'espoir qu'un jour la paix régnera sur Israël et dans le cœur de tout ses habitants.


                                                               *****

Je suis un français ordinaire et anonyme, je soutiens entièrement la lutte du peuple d'Israël pour son existence.


                                                               *****

Je ne suis qu'un citoyen de Polynésie Française, et ce message n'a pour objet que de vous affirmer mon total soutien dans l'épreuve actuelle qu'a engagée votre armée et votre gouvernement contre ces fanatiques. Courage et vive ISRAËL.


                                                                *****

Aux Israéliens,
Je tiens à vous assurer de mon soutien indéfectible. Je ne suis pas juif d'ailleurs peu importe ma religion. Ma religion première est celle de la VIE et de la vivre en liberté.
Egalement, j'ai une pensée pour Guilad Shalit et ses proches.
Très sincèrement,

 
                                                                *****

Je tenais simplement à exprimer mon soutien au peuple Israélien.  Je pense que le principal ennemi du peuple Palestinien c'est le Hamas. Quel pays accepterait de se faire régulièrement bombardé sans réagir ?
Israël est la seule vraie démocratie dans cette région et nous avons tendance à l'oublier.
Je ne suis pas juif mais j'aspire comme beaucoup, à voir la création d'un Etat Palestinien débarrassé de tous ces terroristes qui empêchent de trouver une solution de paix acceptable pour tous.
De nombreux jeunes soldats Israéliens vont sans doute tomber dans les jours qui viennent et je pense à la douleur que cela va occasionner.
 

                                                              *****
Je ne suis pas juif, n'ai pas d'amis juifs ou proche de vous, mais je tenais à vous dire mon soutien ainsi, j'en suis persuadé, d'une grande majorité de Français. Vous défendez votre pays contre les extrémistes et terroristes et c'est tout en votre honneur. Tous les pays du monde devraient prendre exemple...


                                                             *****

En ces moments difficiles pour Israël, et devant les différentes manifestations qui se sont déroulées, je souhaitais adresser un message de soutien à l'Etat d'Israël et à ses citoyens.
Bien que certains défilent dans la rue -et profitent ainsi de cela pour perpétrer dégradations et autres idioties-, j'entends heureusement à droite et à gauche, ainsi que dans nos médias (ex: France Infos ce matin), des personnes qui comprennent et soutiennent l'action de Tsahal.
Je suis attristé par vos pertes, mais j'espère qu'enfin ce terrorisme et ces attaques incessantes du Hamas venant de Gaza cesseront grâce à cette intervention militaire nécessaire.
Avec vous.

 

                                                            *****
Je vous envoie ce mail pour vous témoigner à vous ainsi qu'au peuple d'Israël et aux juifs de monde entier, de tout mon soutien.
Je suis un Français, Catholique et je suis touché par ce que vous vivez au quotidien ! Je suis solidaire avec vous tous. Je comprends combien votre combat est cruel mais je sais que vous luttez pour que la paix puisse avancer. Avec toute mon affection.


 
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 18:38


AUX PROMENEURS DU SAMEDI ET A LEURS COPAINS D'UNE CERTAINE GAUCHE

J'observe les esprits s'enflammer de plus en plus durant cette guerre qui oppose Israël aux fanatiques du Hamas. Je comprends que l'émotion l'emporte sur la raison. Je le comprends d'autant plus lorsque je vois le traitement médiatique que réservent les chaînes arabes, et notamment Al-Jazira, à ce conflit. Mais cette situation, qui devient de plus en plus inquiétante, me pousse à poser un certain nombre de questions à ceux qui laissent libre court à leurs émotions dégoulinantes ou encore pire à la haine qu'ils n'arrivent plus à dissimuler. Où étaient tous ces musulmans qui ont tant de compassion pour les enfants de Gaza et pour les terroristes qui les ont conduits vers la guerre, ou étaient-ils, dis-je, quand Grozny était littéralement rasée par l'armée russe, cependant que les femmes tchétchènes étaient violées à ciel ouvert par les soldats de Poutine et lorsque les morts se comptaient quotidiennement par centaines ? Mais où étaient-ils bon sang de Bon Dieu ? Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient ces femmes voilées et les autres qui arborent fièrement aujourd'hui le keffieh palestinien ?

Ou étaient ces casseurs, ces jeunes fougueux et déchaînés, ces vielles dames qui s'exhibent aujourd'hui la larme à l'œil quand il fallait dénoncer les crimes, que dis-je, le génocide perpétré par le régime fasciste du soudanais Hassan Omar Al-Bashir contre des populations Darfouris, démunies, désarmées et sans défense. Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient-ils ? Personne ne leur a dit qu'un crime contre l'humanité se commettait, sous le ciel fanatisé du Soudan ? Où étaient ces jeunes et ces moins jeunes, tous ces promeneurs du samedi, lorsqu'avec SOS Racisme et Urgence Darfour et quelques autres associations, nous avions marché pour condamner le crime de l'État soudanais. Nous nous étions alors retrouvés à proximité de l'Ambassade du Soudan et nous étions tout au plus deux cents personnes. Les Tariq Ramadan, ses adeptes et leurs camarades avaient certainement des courses à faire ce jour-là. Je préfère croire cela, que de penser un instant que tous ces marcheurs du samedi ont plus de compassion pour l'enfant de Gaza que pour l'enfant du Darfour. Peut-être que le musulman qui obéit aux ordres et à l'idéologie du Hamas et défendable alors que le musulman tchétchène habitant Grozny, ne comprenant probablement rien à la chose politique, doit être liquidé dans l'indifférence collective par les hommes de Poutine.

Mais encore, ou étaient tous ces marcheurs du samedi lorsque les Algériens se faisaient découper en petits morceaux par les monstres du GIA et égorgés tels des moutons par les disciples d'Ali Benhadj ? Mais où étaient Besancenot, Buffet, Mélenchon ? Où étaient-ils ? Je me rappelle que certains accusaient alors les victimes algériennes d'être à la solde du régime en place donc légitimement « découpable » en morceaux. D'autres se disaient encore que peut-être le GIA n'était finalement que le fruit d'un complot, d'une manipulation, que l'islamisme ne tuait point, nulle part. D'ailleurs, beaucoup continuent de penser que l'islamisme est une doctrine sympathique qui ne ferait pas de mal à une mouche. Que tout ce terrorisme islamiste qui veut imposer son diktat est une création des « Juifs, des Américains et de beaucoup d'autres salauds ». Je crois même que c'est ce que pensent des politiques comme les très laïcs Besancenot, Buffet et Mélenchon. Sinon que font-ils en marchant aux côtés d'islamistes, de communautaristes, de tribalistes, d'antisémites et de pleurnichards professionnels. Parce que ce qui m'étonne aussi - et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je qualifie certains marcheurs du samedi de « pleurnichards professionnels » - ce qui m'étonne dis-je comment peut-on s'émouvoir lorsqu'est tué un enfant ayant telle religion et ne pas ressentir d'émotion lorsque un autre enfant ayant telle autre religion subi le même sort ? Pourquoi tous ces musulmans qui marchent aujourd'hui les yeux exorbités, la bave sur le menton, tous crocs dehors, n'ont-ils jamais voulu marcher au lendemain d'un attentat terroriste ? Pourquoi n'ont-ils pas marché lorsque des islamistes tuaient d'autres musulmans ? Pourquoi n'ont-ils pas marché après le 11 septembre, Madrid ou Londres ? Mais où étaient-ils lorsque les talibans exécutaient des femmes dans des stades ? Pourquoi, à chaque fois, que je les entends, c'est pour écouter leurs lamentations disant qu'ils appartiennent à une « religion opprimée » ? Pourquoi ne dénoncent-ils jamais, avec de telles marches, ceux qui oppriment au nom de cette même religion ? Pourquoi sont-ils plus virulents, plus haineux et, parfois, plus violents que les Palestiniens et les Jordaniens que je connais ? Pourquoi il y a si peu de dignité dans l'expression de leur émotion sincère ou supposée ? Mais que cache donc cette compassion sélective ? Que cache-t-elle ? Mettons les pieds dans le plat. Le conflit israélo-palestinien serait-il finalement un abcès de fixation qui est entretenu, et notamment par les pays musulmans, pour attiser toutes les haines ? Serait-ce l'appartenance religieuse de l'autre belligérant, Israël en l'occurrence, qui pose problème ? Serait-ce par antisémitisme ? Où serait-ce tout simplement un samedi après midi de défoulement utilisé tel un exutoire pour exprimer une malvie, des frustrations, pour s'élever contre une absence de libido ou que sais-je encore ?  

Je vais révéler le fond de ma pensée. Je pense que plusieurs marcheurs du samedi défilent davantage contre Israël que pour la Palestine. Beaucoup d'entre eux ne marchent pas parce qu'ils adoreraient les Palestiniens, mais parce qu'ils ont une détestation idéologique pour tout ce qui est juif et pour tout ce qui a trait à Israël. Et je pense même - passez-moi l'expression - que la plupart n'ont rien à foutre des Palestiniens. Parce qu'en définitive si ces marcheurs du samedi étaient si humanistes que cela, je pense que je les aurais croisés dans des manifestations en faveur du Darfour ou des Tchétchènes, et dans celles organisées en signe de solidarité avec les victimes algériennes de l'islamisme et dans toutes les marches dénonçant le terrorisme des fascistes intégristes. Ils se seraient peut-être élevés contre la violence exercée par le Hamas, non pas contre les Israéliens, mais contre leurs propres frères du Fatah.

Rassurez-vous, je ne suis pas ravi de voir des civils mourir à Gaza. Cela me désole profondément, mais je ne veux pas que soit occultée la responsabilité du Hamas qui a créé les conditions de la guerre puisque tout en sachant qu'il ne ferait pas le poids militairement, il a provoqué cette guerre au mépris des vies humaines dont il avait la responsabilité tout ceci au nom de cette idéologie qui magnifie la mort et le martyre. Arrêtez alors de nous raconter une histoire à l'envers et révéler le fond de votre pensée que nous voyons d'ailleurs parfaitement dans les slogans que vous portez...À tous les promeneurs du samedi, bon dimanche...


Mohamed Sifaoui

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 18:01

UNE CONFIRMATION  DU REQUISITOIRE DE WAFA SULTAN, LA SOCIOLOGUE D'ORIGINE SYRIENNE




Article transmis par Miguel Garroté sur drzz


ARTICLE DE RALPH PETERS-

Israël n’a tué aucun civil dans la Bande de Gaza. Plus d’une centaine de civils ont péri et les bombes ou les obus israéliens ont peut-être causé leur mort mais ce n’est pas Israël qui les a tués. C’est le Hamas.
  Il est temps d’en finir avec les mensonges.

Les mensonges du Hamas. Ceux des Nations Unies. Et ceux des médias du monde qui hurlent « sauvez les terroristes ! ».
  Il n’y a aucune équivalence morale entre les terroristes du Hamas et les soldats israéliens. Il faut choisir entre blanc ou noir : il n’y a pas de gris.

Toute négociation est inutile.
  Le Hamas est une machine à tuer les Juifs. Sa vocation est de détruire Israël. Sur quoi pourraient porter des négociations ?  Quand le Hamas ne peut pas tuer de Juifs, il se rabat volontiers sur les civils palestiniens qu’il met au milieu des tirs, vieillards, femmes et enfants.
-
Le Hamas envoie ces innocents dans de soi-disant abris, puis, guide la frappe israélienne sur eux. Ça fait plaisir aux médias en manque de gros titres.
  Le Hamas ne se bat pas avec des objectifs politiques en tête.

Un « traité de paix » ne serait qu’un instrument dans leurs mains. Leur but ultime est la destruction totale d’Israël, au nom d’un dieu terroriste. A l’abri dans des bunkers enfouis, ou à Damas, les dirigeants palestiniens sont prêts à voir mourir un nombre illimité de leurs civils, ou même de terroristes de base. 
  

Les vies ne sont pour eux qu’un instrument en vue d’une fin. Et les cadavres d’enfants sont le carburant de la propagande.
 

Tout ce que le Hamas devait faire pour qu’Israël ne lance pas une attaque de légitime défense était de ne pas lancer de roquettes sur Israël. Tout ce que le Hamas doit faire pour arrêter le conflit et épargner la population palestinienne, qu’il est censé représenter, est d’arrêter de tuer des Israéliens et de laisser Israël vivre en paix.
-
Ni l’une ni l’autre solution n’intéressent le Hamas.
  Aujourd’hui, Israël doit continuer son attaque, causer le plus de dégâts possibles au Hamas avant qu’un nouveau président américain n’intervienne. Si Israël s’arrête maintenant, le Hamas pourra crier victoire juste parce qu’il a survécu, malgré ses pertes massives.

Même s’il est impossible d’éliminer radicalement l’extrémisme, le seul espoir d’aboutir à une paix, même temporaire, même imparfaite, est de tuer chaque dirigeant terroriste enfoui dans son bunker de Gaza. Cette occasion ne se représentera peut-être jamais.
  Et qu’on ne s’inquiète pas de créer un « vide du pouvoir » ! C’est aux Palestiniens de s’en débrouiller. Même l’anarchie vaut mieux pour Israël que le Hamas.
-
Dans leur grande majorité, les Israéliens, les Américains et les Occidentaux partagent un aveuglement commun : nous restons  tragiquement prisonniers d’un modèle de terrorisme dépassé, celui de l’OLP d’Arafat, de l’IRA, des Brigades Rouges ou du Weather Underground. Mais malgré toute leur violence, ces organisations ne se pensaient pas envoyées par Dieu.  
Les terroristes d’hier voulaient changer le monde. Ils étaient prêts à verser le sang pour leur cause et, dans des cas extrêmes, le leur aussi. Mais ils ne cherchaient pas la mort en soi. Ils préféraient vivre afin de voir ce que serait le monde meilleur auquel ils aspiraient.  Notre civilisation doit faire face aujourd’hui à des terroristes pour lesquels la mort est une promotion de carrière. Ils croient que tout acte au service de leur dieu est excusable.
-
Et le cœur de leur croyance est que vous et moi, mécréants têtus que nous sommes, méritons la mort. 
 Leur effroyable dieu ne connaît pas de compromis. Le moindre atermoiement vaut trahison, tant leur dieu leur fait confiance. Et pourtant nous croyons (et même certains Israéliens le croient) qu’il est possible de passer des accords avec eux.

Dans sa recherche de paix, Israël a remis Gaza aux Palestiniens, un peuple qui n’avait jamais eu d’Etat à lui. En remerciement, Israël a reçu les roquettes de la terreur. Et les Palestiniens ont eu droit à la guerre de gangs.  La paix est la dernière des choses que les terroristes et les gangsters du Hamas puissent vouloir. La paix, c’est la fin de leur petit jeu. La paix, cela veut dire qu’ils ont déçu leur dieu. La paix, c’est la fin des prétextes pour faire la guerre.  La paix ?  Ils ne supporteraient pas ça six mois !
-
Cette guerre ira jusqu’au bout. Et nous avons peur d’admettre le sens de cette guerre.
  Tout ce qui se passe n’a rien à voir avec les péchés de l’Amérique ou l’intransigeance israélienne. Le problème est le mal dont souffre une civilisation, celle de l’islam moyen-oriental, et qui ne peut se soigner que de l’intérieur.

Tant que les Arabes et les Iraniens n’auront pas décidé de se soigner, il nous faudra nous battre. 
Au lieu de cela, nous voulons parlementer. Nous parvenons à nous convaincre, contre toute évidence, qu’en réalité nos ennemis veulent parler avec nous, qu’ils n’attendent que quelques bonnes raisons de le faire, des « incitations » (c’est comme ça que les diplomates appellent les pots-de-vin).
-
Si notre président désigné croit véritablement, comme il le laisse entendre, qu’il est possible de négocier avec des terroristes guidés par la foi, sa naïveté est proprement terrifiante.
 

C’est certes compréhensible. Toute la carrière de Barack Obama repose sur les mots, pas sur les actes, sur son 
 de persuasion, pas son pouvoir de décision. Mais tous ses caucus, débats, réunions de quartiers et poignées de mains en coulisses ne lui sont d’aucun secours comme préparation aux « négociations » avec des gens dont l’objectif obsessionnel est la destruction d’Israël — et la nôtre.
-
Si Obama reprend la même histoire démente du « processus de paix » que ses prédécesseurs, qu’il s’agisse de Jimmy « J’aime avoir un terroriste dans les bras » Carter, Bill Clinton, ou George W. Bush, il se fera dévorer avant de savoir qui l’a mordu.
  Combien de fois faudra-t-il que des gouvernements différents refassent la même erreur de croire qu’au fond de chaque terroriste, tueur, ou seigneur de la guerre, il y a un brave type qui veut la paix avec la même ferveur que nous ?

Les ennemis d’Israël ne veulent pas un traité qui leur soit avantageux : ils veulent détruire Israël.
 

Qu'est-ce que vous ne parvenez pas à comprendre là-dedans ? Ils ne nous le hurlent pas assez fort, peut-être ? Les ennemis d’Israël prêchent la haine du Juif depuis tellement longtemps que même les « modérés » n’arrivent pas à faire volte-face.
-
Et pourquoi la gauche internationale déteste-t-elle tant Israël ? Pourquoi tant d’entrain à se porter au secours du Hamas ?
  Parce que, par son existence - qui doit tout au travail, à l’éducation et à la discipline -, Israël met à mal l’idée d’un peuple impuissant en proie à tous les maux. Israël n’a pas eu besoin de dizaines d’ONG condescendantes et de leur personnel d’accros au malheur.  Parce que les Européens sont encore tout honteux de la Shoah. Ils ont besoin de croire que les Israéliens sont des nazis avec une kippa.  Parce que, bien au chaud dans les cafés et sur les campus, ça fait "cool" de parler de « combattants de la liberté » au lieu de terroristes. On doit se sentir moins coupable quand on va demander du pognon à papa (ou à l’Etat).
-
Et puis, tant qu’on n’a pas à vivre avec les terroristes, ça reste "cool", non ? (Cette dernière phrase n’est pas une citation empruntée à Caroline Kennedy).
 

Et puis, surtout parce que les racistes autodestructeurs les plus virulents du monde aujourd’hui sont les gauchistes de base. Vous en voulez la preuve ? Ils ont décidé qu’Israël était blanc et donc, consubstantiellement, un oppresseur. Israël est élevé au plus haut rang de notre civilisation et de nos codes juridiques — tout en se voyant refuser le droit à l’autodéfense.

Mais, finalement, la gauche pense que les gens à la peau plus sombre sont inférieurs et qu’on ne peut pas exiger d’eux un comportement civilisé. Les gauchistes pensent que les mouvements terroristes, ou les dictateurs africains, doivent forcément se conduire de manière ignoble.
-
C’est la version post-moderne, façon cappuccino avec de la mousse, d’une mentalité qui s’intéresse au sort du « gentil petit frère noir ».
  Les pires ennemis des pays en développement sont les gauchistes qui refusent de leur appliquer les mêmes critères d’intégrité et les mêmes exigences de gouvernance qu’aux sociétés occidentales.

Il est vrai que la gauche a besoin de l’échec des pays en voie de développement pour prouver que le système est férocement opposé à leur développement.
 

Or, un peuple pauvre, meurtri, assassiné, a réussi à créer de toutes pièces une démocratie à l’occidentale dans un terrain vague oriental. Voilà une chose qu’on ne lui pardonnera jamais.
 

Après 60 ans de conflits que les intraitables voisins d’Israël ne cessent de lui imposer, non seulement il n’existe pas la moindre « bonne » solution, mais, grâce à la mentalité du tout ou rien des terroristes islamistes, il n’y a même pas de « mauvaises » solutions (à moins d’y inclure le génocide nucléaire) susceptibles d’apporter une paix durable au Moyen-Orient.
-
Même l’élimination d’Israël ne suffirait pas.

Les terroristes se battraient entre eux, tout en portant la guerre sur d’autres musulmans moins dévots qu’eux.
  Tout ce que peut faire Israël, c’est se battre pour durer et s’acheter des intervalles d’accalmie avec le sang de ses enfants.

En exigeant un cessez-le-feu prématuré et en insistant pour trouver une issue diplomatique, nous ne ferions que renforcer le monstre et affaiblir ceux qui nous défendent.  

Et ne croyez pas un mot de la propagande prétendant que ce conflit rallie les Palestiniens de Gaza derrière le Hamas. Cela ne serait que davantage de condescendance envers le « gentil petit frère noir », comme si les Arabes étaient trop bêtes pour ignorer qui est responsable de tout cela, et qui fait durer la guerre à leurs dépens.
-
La population de Gaza ne porte peut-être pas les Israéliens dans son cœur mais elle regrette certainement le jour où elle a choisi un bulletin de vote en faveur du Hamas.

Car c’est le Hamas qui l’assassine.

Ralph Peters

-

© The New York Post
-

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 16:26


Voeux de Monsieur le Président de la République à la communauté musulmane de la Seine- Saint-Denis à l'occasion d'une fête religieuse de celle-ci, le 12 décembre 2008


UN APPEL VIBRANT A L'ISLAMISATION DU PAYS DE NOS ANCÊTRES A MARCHE FORCEE !!

L'EMOTION EN PLUS...



Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, …

Mes chers Compatriotes musulmans,



C’est avec beaucoup d’émotion que je m’adresse à vous à l’occasion de la célébration de l’Aïd-el-Adha, fête d’entraide et de solidarité (…)



Cette année, la fête dans notre pays a été entachée par un acte de profanation qui a vu des tombes de combattants musulmans souillées par des écritures racistes et abjectes. Comme si l’acte en soi n’était pas suffisant à leurs yeux, ses auteurs ont cru nécessaire de redoubler d’atrocité en l’exécutant au cours d’une journée qui est chère à vos cœurs. Je tiens, encore une fois, à vous dire que je partage votre douleur et vous assure de toute ma sympathie. (…)


Pour autant, aussi abject que puisse paraître cet acte, il ne doit pas nous faire oublier les progrès accomplis pour la visibilité et l’acceptation de l’Islam en France.

Relégués il y a quelques temps dans l’arrière cité, les musulmans peuvent désormais arborer fièrement leur religion. Aujourd’hui, et de manière définitive, l’Islam fait partie intégrante de notre environnement culturel, économique et urbain.

Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir le nombre de mosquées et de centres culturels islamiques qui se construisent ou le nombre de commerces spécifiques qui s’ouvrent.

Par le nombre, la France abrite la plus forte communauté musulmane d’Europe.

Le département de la Seine-Saint-Denis, où vous êtes rassemblés en est le plus emblématique puisque l’Islam y est même la première religion.

La France est, bien entendu, disposée à poursuivre cet effort pour permettre à l’Islam de s’épanouir dans les meilleures conditions. (...). 



Nicolas Sarkozy




COMMENT DIT-ON SE FAIRE BAISER EN ARABO-SARKOSIEN ?

LES FRANCAISDECOEUR SAURONT S'EN SOUVENIR EN 2012 !!...

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 14:52


...SIMPLEMENT ASNIERES-SUR-SEINE...PARIS...QUOI !





 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 13:41

NOUS SOMMES A DES ANNEES-LUMIERE DE GOLDA...

Gaza, ou l’hypocrisie inégalée

dimanche 11 janvier 2009 - 22h51, par Chawki Freïha - Beyrouth
 

MediaArabe.com

 

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort et du martyre. Elle s’appuie sur des exemples de l’histoire récente pour dénoncer une religion, une culture et une idéologie barbares... En voici les extraits les plus significatifs, traduits par Chawki Freïha.



(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitiude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses adminsitrés. (...)




Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle…


Avant la création de l’Etat d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.


Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?


(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.


Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve. Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques.

Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Egypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime.

Saddam Hussein a enterré vivant plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gazé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes.


Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent.

Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusés d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.



Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité dues tueurs. Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu.


(…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’on fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.


Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même qu’elle qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.


Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ?


Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Egyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?


(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.


(…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.


(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les Etats-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine, vont se battre et se neutraliser ».



(...) Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits (…). Les exactions dont sont capables les arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer.



(…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.


Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur.


(…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.


Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis.

Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie. Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?


Traduction de Chawki Freïha



Commentaire n° 15 posté par Ofek aujourd'hui à 13h36




QUEL REQUISITOIRE !!



Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 12:52









                                Jeunes soldates de Tsahal à l'entraînement au tir avec fusil d'assaut M 4
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 11:28


LA FRANCE A TOUJOURS SU CHOISIR SON CAMP...






Mais n'oublions pas qu'en 2006, la France se mobilisait pour le Hezbollah... :



Du Nord....



et du Sud du Liban...



En 2002, la France se mobilisait pour le Fatah... :



Sans oublier les habitants de Naplouse...



Ramallah....



Jénine...



En 1980, la France se mobilisait pour l'OLP :



Et en 1940 la France se mobilisait pour ça :




par drzz publié







Partager cet article
Repost0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 10:32


EN PLEINE GUERRE DU KIPPOUR EN 1973 QUI A COÛTE TANT DE VIES DE JEUNES SOLDATS ISRAELIENS PRIS LÂCHEMENT PAR SURPRISE, ELLE A POURTANT SU ET PU EXPRIMER LA PLUS BELLE PHRASE D'HUMANISME ET DE TOLERANCE JAMAIS PRONONCEE PAR UN CHEF D'ETAT !...





Après 40 ans, Golda Meir à toujours raison...A notre grand désespoir !

Traduction :
Nous pouvons pardonner aux Arabes de tuer nos enfants.

Nous ne pourrons jamais leur pardonner de nous forcer à tuer les leurs.
Nous aurons seulement la paix avec les Arabes que quand ils aimeront leurs enfants plus qu'ils nous détestent.

Partager cet article
Repost0