Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles RÉCents

Catégories

4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 11:21


Pékin dénonce les "accusations infondées" de Washington sur le yuan

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 13:15



 

 

Israël forme des soldats allemands en Israël

Le 03.02.2010


Tsahal forme les pilotes de la Bundeswehr (armée de l'air allemande) à manier les drones utilisés en Afghanistan. Ce programme de formation de six semaines va concerner une vingtaine de soldats allemands au maniement des drones Héron 1, fournis par Israel Aircraft Industries (IAI).
Héron 1 (qui a fait ses preuves au Liban et dans la bande de Gaza) augmentera les capacités de surveillance de l'armée allemande en Afghanistan. Le drone est un matériel fiable même par mauvais temps, et souple d'utilisation, manœuvré par un équipage réduit de deux hommes installés dans un "container".


S'il y a déjà eu par le passé des manœuvres militaires communes entre les deux pays, c'est la première fois que des soldats allemands viennent se former en Israël même, preuve à la fois du degré de coopération entre les deux états, mais également du changement dans les mentalités.
 
Israël, qui devrait bientôt recevoir deux nouveaux sous-marins allemands capables de transporter des missiles nucléaires, considère l'Allemagne comme un « allié stratégique », peut-être le plus sûr en Europe, s'agissant d'un pays qui s'abstient souvent de toute critique à son égard et a totalement intégré le devoir de mémoire à son identité nationale.




Israël peut compter sur des amis "francs du collier" comme l'Allemagne et l'Italie...

Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 17:42



«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit


NAPOLEON
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 11:47



Menteurs-Panis




Mais que n'ont-ils dit ?...

Mais qu'en ont-ils fait ?

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 11:03


Ce pays, c'est Israël et l'éloge est celui d'un professeur de Sciences Politiques à l'Université de Koweit



« Dans ce pays, le peuple souverain élit ses dirigeants.
Le peuple et les ministres peuvent demander, le retrait, de leur président, sans être poursuivis.
C’est le seul pays où les rapports d’enquête, de l’Etat, sont soumis au peuple.
C’est le seul pays, qui destitue son président, pour cause de harcèlement sexuel.
C’est un pays où personne, n’a été jeté en prison, pour avoir exercé, son droit, à la liberté d’expression.
C’est un pays où l’Etat, maintient les universités, à un niveau académique élevé.
C’est un pays où les courants religieux, ne déterminent pas, l’idéologie.
C’est un pays où tout citoyen, même le président, doit déclarer, la provenance de l’argent.
C’est le seul pays où les dépenses, encourues par les Palestiniens, sont prises en charge par l’Etat ».



Vous pensez sans doute, comme je l’ai pensé moi-même, que ce texte, a été écrit, par un sioniste, par un ami inconditionnel d’Israël ou par un Israélien tout simplement. Et bien non, cet article a été écrit, le 8 mai 2007, dans le quotidien koweïtien Al-Siyassa, par Ahmed Al-Baghdadi, écrivain et professeur de sciences politiques à l'université du Koweït.


Dans son article, Ahmed Bagdadi ajoute : « Nous aurions désiré la même chose envers nous, mais en tant qu’Arabes, nous n’avons pas le courage pour cela ».


Ahmed Baghdadi a été condamné, à une peine, qui le réduit au silence pour trois années. Menacé de mort, il envisage de quitter le Koweït.

extraits de drzz.info



Disons que nous sommes loin ici des propos vénéneux et putrides tenus par un de nos anciens ministres des Affaires Etrangères sous le règne Jospin-Chirac !...

Vous savez, l'ineffable et si peu compétent Hubert Védrine !

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 17:11

L'Union Syndicale des Magistrats - officine de gauche tentant d'implanter une justice fondée sur la défunte lutte des classes dans l'enceinte des tribunaux - veut étouffer toute critique à son encontre !!




Voici donc la lettre que le président de l'Union syndicale des magistrats, M. Christophe Regnard a écrite en date du 26 janvier, à Michèle Alliot-Marie garde des Sceaux, à la suite de l'émission
Z comme Zemmour, du 25 janvier
.

            

        Paris, le 26 janvier 2010
Madame le Ministre d'État,


Ce matin même, sur la radio RTL, le chroniqueur Éric Zemmour a tenu des propos inadmissibles à l'encontre des magistrats, et plus particulièrement à l'encontre de ceux ayant eu à connaître du contentieux des étrangers en situation irrégulière.

En effet, M. Zemmour n'a pas hésité à accuser certains magistrats d'user de leurs fonctions à des fins partisanes en raison de leur appartenance syndicale, et ce faisant de "mener une guerre contre les gouvernements essayant d'endiguer l'immigration clandestine", en "s'amusant à libérer des clandestins".

Il a notamment reproché aux juges qui ont été amenés à remettre en liberté des personnes déférées dans le cadre de ces procédures de"dénicher l'erreur de procédure qui ruinera le travail policier", de "défaire par leur pinaillage juridique le travail policier", tout en se "drapant dans le respect du droit alors qu'ils prêchent la morale droit de l'hommiste", de "faire jouer les conventions européennes contre le droit national , alors qu'ils jugent au nom du peuple français", et de "se donner le frisson de sauver ceux qu'il assimilent aux juifs persécutés par les nazis , alors qu'ils mènent une guérilla contre une loi démocratiquement voulue".

Ces accusations extrêmement graves portées à l'encontre de magistrats, qui sont de fait traités de factieux violant leur obligation d'appliquer la loi, sont, s'il était possible, aggravées par la suite des propos, puisque M. Zemmour les qualifie de surcroît "d'alliés objectifs des mafias de passeurs et des patrons exploiteurs de main d'oeuvre bon marché", "sapant la protection sociale, les politiques d'intégration, et pourrissant la vie des classes laborieuses".

L'Union Syndicale des Magistrats s'insurge contre ces propos outranciers, qui visent à discréditer de manière fallacieuse l'institution judiciaire et ceux qui la servent. M.Zemmour semble en effet oublier que les décisions qu'il critique ont été prises en application des lois relatives au séjour des étrangers, lois qui imposent à l'Etat de respecter certaines procédures, et ce à peine de nullité. Les juges se sont donc bornés à faire respecter par l'Etat les règles votées par la représentation nationale.

L'Union Syndicale des Magistrats rappelle qu'il n'est pas concevable, dans un Etat de droit, d'exiger des juges, pour soutenir telle ou telle politique, qu'ils piétinent la loi alors qu'ils ont pour devoir de l'appliquer.

Depuis votre arrivée au Ministère de la Justice, vous avez indiqué à plusieurs reprises que vous soutiendriez systématiquement les magistrats lorsque ceux-ci se trouveraient injustement mis en cause.

L'Union Syndicale des Magistrats vous demande donc quelle mesure vous entendez prendre en réaction à ces propos inacceptables, qui tendent à discréditer l'institution judiciaire, et affaiblissent l'autorité de l'État.

Veuillez croire, Madame le ministre d'État, en l'assurance de ma haute considération.
Christophe REGNARD Président




Aprés l'attaque en règle du dénommé Serge PORTELLI, Vice-président du Tribunal de Grande Instance de Paris, contre Eric Zemmour, l'on est certain que notre Eric national a tapé 'là où ça fait mal' !

Mettons fin à cette justice sectaire et à ce soviet des magistrats attentatoires aux droits les plus élémentaires tant du citoyen que de la nation !

Mettons fin à leur triple allégeance: celle du serment prêté difficile à respecter en fonction d'une seconde allégeance politique et d'une troisième, plus 'philosophique'... 
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 16:35



Un Turc islamiste à la tête de l’Assemblée du Conseil de l’Europe

25 janvier 2010   fds

Un Turc est devenu lundi pour la première fois président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, une institution créée à Strasbourg en 1949.



Mevlut Çavusoglu, député et cofondateur du Parti Justice et Développement (AKP), le parti islamiste modéré (ndlr: sic...) au pouvoir à Ankara, a été élu par acclamation. Il était le seul candidat.


Cet homme de 42 ans, diplômé en relations internationales et en sciences économiques des universités d’Ankara, de New York et de Londres, a intégré en 2003 l’Assemblée du Conseil de l’Europe où il présidait la sous-commission des migrations.


Son groupe politique à Strasbourg, le GDE (Groupe des démocrates européens), auquel revenait la présidence en vertu d’un accord de rotation, l’avait désigné pour le représenter.






Comment un Turc peut-il présider une assemblée européenne ?

Comment ne pas comprendre que l'on prend les Français et les Européens pour des imbéciles ?

Si l'on y ajoute la suppression du référendum sur l'admission des 70 millions de musulmans de Turquie dans nos foyers, que penser d'un président qui nous ment à ce point ?

Un tricheur ?

Un traître ?

Un prétentieux qui se gausse de berner tout un peuple ?

Un  type à ne pas réélire ?...

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 14:01





Quoi de plus dangereux et inéquitable qu'une "justice" politique et donc obligatoirement partisane ?!



Propos honteux et scandaleux de Serge Portelli, vice-président du Tribunal de Paris

Article de ce jour trouvé dans La République des Pyrénées relatant la position honteuse et scandaleuse de Serge Portelli, vice-président au Tribunal de Paris. Gageons que lui  ne sera aucunement inquiété !

La-Republique-des-Pyrenees-27-01-2010




Que fait un fou furieux et un fanatique pareil à un tel niveau de la magistrature ?

Comment peut-il prétendre défendre le fort et le faible avec équité ?

Comment peut-il prétendre défendre la souveraineté nationale en utilisant toutes les "ficelles" juridiques pour permettre l'invasion illégale de notre pays ?

En plus...il le fait à NOS frais !

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 11:13

Du coup...certains se prennent à rêver !

Mais les Français ont déjà donné !...

Alors , basta !



Article paru dans gaullisme.fr

Les Français sont ni de droite, ni de gauche…

ils redeviennent gaulliste, enfin la France se bouge !



Vers la fin du clivage gauche-droite ?


DROITE%20GAUCHE

Les deux tiers des Français (67%) n’ont confiance ni en la droite ni en la gauche pour gouverner le pays, selon la première vague du baromètre de la confiance politique réalisé par la Sofres pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), Edelman et l’institut Pierre Mendès France. Ce un sondage passionnant mesure l’opinion des Français à l’égard des institutions politiques et économiques. Il recèle de nombreuses pépites qui montrent que les ingrédients pour un big bang politique semblent se rassembler.


Un rejet très fort des élites


En effet, si 69% des Français font confiance à leur conseil municipal et 65% à leur conseil général ou régional, 55% ne font pas confiance à l’Union Européenne, 64% à l’Assemblée Nationale, 65% à la présidence de la République et 68% à l’égard du gouvernement.

En clair, deux tiers des Français ne font plus confiance aux hommes politiques nationaux.

Il faut dire que 78% de la population pense que les responsables politiques se préoccupent peu ou pas du tout de ce qu’ils pensent.


La défiance à l’égard des institutions se retrouve partout. Les Français ne font plus confiance aux banques, ni aux grandes entreprises, qui ne pensent qu’à leur profit. Le constat est sévère et produit une crainte pour l’avenir.

Paradoxalement, cette crainte est moins forte pour l’avenir immédiat, où seule une petite majorité relative pense que sa situation va se détériorer, que pour l’avenir plus lointain, puisque 73% des Français pensent que la situation sera moins bonne pour leurs enfants.


Le dépassement du clivage gauche-droite


Mais l’enseignement sans doute le plus intéressant de ce sondage est la démonstration éclatante de la démonétisation du clivage gauche-droite. 67% des Français ne font confiance ni à la gauche, ni à la droite pour gouverner le pays. Seulement 16% font confiance à la droite et 14% à la gauche. Des chiffres dérisoires qui montrent l’étendue de la défiance à l’égard du PS et de l’UMP, qui ne semblent avoir pour mérite que de ne pas avoir encore d’alternative crédible.


Mieux, à peine 25% des Français se classent à gauche ou à l’extrême gauche, 19% à droite ou à l’extrême-droite, alors que 38% se déclarent ni à gauche ni à droite. En poussant un peu plus, 31% se disent « plutôt de gauche », 26% « plutôt de droite » mais 40% « ni de gauche, ni de droite ». Bref, les Français semblent avoir intégré que ce ne sont plus les clivages traditionnels qui ont du sens, même s’ils ne semblent pas encore en avoir trouvé un de substitution.


Comment ne pas voir dans ce sondage une profonde attente de gaullisme ?
(ndlr:.................)

En effet, le Général de Gaulle refusait le clivage gauche-droite et sa politique serait difficilement classable sur l’échiquier actuel. Le gaullisme a encore de beaux jours devant lui.





La conclusion de la désaffection des Français pour les partis et leurs représentants serait un retour vers les "valeurs" du gaullisme !

C'est oublier un peu vite que l'arbre a donné des fruits plus que douteux...

Non  Chirac, Non, Villepin,  Non, Dupont-Aignan !...  

Les Français, déçus, écoeurés et humiliés chaque jour, ne vous attendent pas ...

Ils sont dans l'attente d'un renouveau patriotique et de leur nouvelle Jeanne d'Arc... pas de vieux rogatons qui, à force de vouloir faire l'Ange ont fait la Bête !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 11:48



Un Turc à la tête de l'Assemblée du Conseil de l'Europe

Par Reuters, le 25/01/2010

 

 

STRASBOURG - Un Turc est devenu lundi pour la première fois président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, une institution créée à Strasbourg en 1949.

 


Mevlut Çavusoglu, député et cofondateur du Parti Justice et Développement (AKP), le parti islamiste modéré au pouvoir à Ankara, est devenu le premier Turc président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. (Reuters/Vincent Kessler)


Mevlut Çavusoglu, député et cofondateur du Parti Justice et Développement (AKP), le parti islamiste modéré au pouvoir à Ankara, a été élu par acclamation. Il était le seul candidat.

Cet homme de 42 ans, diplômé en relations internationales et en sciences économiques des universités d'Ankara, de New York et de Londres, a intégré en 2003 l'Assemblée du Conseil de l'Europe où il présidait la sous-commission des migrations.


Son groupe politique à Strasbourg, le GDE (Groupe des démocrates européens), auquel revenait la présidence en vertu d'un accord de rotation, l'avait désigné pour le représenter.


Mevlut Çavusoglu assurera la présidence de l'assemblée pour un an, renouvelable une fois. La Turquie prendra elle-même la présidence du Comité des ministres du Conseil de l'Europe en novembre prochain pour une durée de six mois.


Cette double présidence au sein du Conseil de l'Europe intervient dans un contexte délicat pour Ankara, que la dissolution récente du Parti de la société démocratique (DTP), pro-kurde, par une décision de la Cour constitutionnelle, a mis en contradiction avec les principes de l'organisation.


La Turquie reste également parmi les pays les plus souvent condamnés par la Cour européenne des droits de l'homme.


Un élu local Turc de l'AKP, Yavuz Mildon, avait été élu en 2008 à la présidence du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe. Il avait suspendu l'exercice de son mandat au bout de six mois en raison de problèmes de santé.

 

Partager cet article
Repost0