Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 16:00

 

 

NOS ENFANTS SONT MENACES
>
>
>  En clair quand tu décèdes, tes enfants ne récupèreront plus en totalité la vente de ta maison !!
>
>
 En lisant l'opuscule que Monsieur HOLLANDE distribue à tout va, il annonce (page 16) les mesures en matière de défiscalisation sur les successions. Gros danger pour les classes moyenne. Nous prendrait il pour des gens qui ne savent pas lire entre les lignes ?! 
Voici de quoi il s'agit:
 
Jusqu’à ce jour et grâce à notre Président de la République, un enfant héritant de ses parents bénéficie de 159 325 euros (depuis le 1/1/2011) d’abattement par parent soit 318 650 euros sans être frappé par la fiscalité. De nombreux couples de la classe moyenne ayant deux enfants, ceux-ci peuvent hériter de 637 300 euros hors fiscalité. 

Dans ce système la préservation du patrimoine entre générations est donc assurée pour une grosse majorité de Français moyens.
 
Monsieur HOLLANDE nous annonce que « l’abattement sur les successions sera ramené 100 000 euros par enfant ». Il n’est plus question de 159 325 euros par enfant et par parent mais de 100 000 euros d’abattement pour solde de tous comptes.
Cela signifie simplement que les enfants d’un couple de français moyens, de droite comme de gauchedevront reverser à l’Etat une grosse partie du fruit du travail de leurs parents.
 Illustration : pour un patrimoine transmissible de 500 000 euros avec deux enfants :
Dans notre système actuel, la fiscalité ne frappe les deux héritiers qu’à partir de 637 300 euros ; le patrimoine familial est donc préservé et totalement transmissible en l’état.
Dans le système HOLLANDE, les héritiers seront taxés sur la différence entre la valeur du patrimoine transmis et l’abattement de 200 000 euros (100 000euros par enfant) soit 300 000 euros. Selon le barème de ce jour (tranche imposable de 15 932 à 552 324 euros : 20% ) il devraient subir un prélèvement fiscal de 60 000 euros (30 000 euros chacun).
Où est donc la protection de la classe moyenne , plus particulièrement de ses enfants ?
Où est la préservation des générations futures mise en avant par le candidat socialiste ?
Comment dynamiser l’économie par une relance de la consommation en puisant sur les revenus des générations futures ?
Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 21:27

 

 

PETITE QUESTION ...

Combien y a -t-il de pays avec un gouvernement socialiste aujourd'hui dans l'Union Européenne ?

Trois pays seulement :

La Grèce, le Portugal et l'Espagne.

ET C'EST BIZARRE, TOUS AVEC DE GROS PROBLEMES ECONOMIQUES !!! Quelle coïncidence n'est-ce pas ?

Cependant, il n'y a pas lieu de désespérer parce que comme l'a dit Margaret Thatcher : "Le socialisme ne dure que jusqu'à ce que se termine l'argent des autres"

Ou comme l'a dit Winston Churchill : " Les socialistes, c'est comme Christophe Colomb, quand ils partent ils ne savent pas où ils vont et, quand ils arrivent, ils ne savent pas où ils sont."

D'où l'invention du GPS : Guide Pour Socialiste !

A l'école primaire des socialistes on apprend les 4 opérations :

L'addition des impôts

La soustraction des revenus

La multiplication des fonctionnaires et des immigrés

et la division du travail.

Aux élections prochaines votez pour Ali Baba.

Au moins vous serez sûrs de n'avoir que 40 voleurs.

Jean d'Ormesson

Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 08:32

 

 

Désalinisation de l’eau à Gaza, recherche de financements. Bruxelles, 11/05/2012 (Agence Europe) – Extraits.

Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l’UpM (Union pour la Méditerranéenne), affirme sa foi dans le projet de désalinisation de l’eau à Gaza et engage concrètement son institution dans la mobilisation des fonds nécessaires à sa réalisation. Le projet prévoit la construction d’une capacité de 100 millions de mètres cubes… Le projet coûtera plus de 350 millions d’euros. La France a annoncé en marge du Forum mondial de l’eau à Marseille (en mars dernier) sa participation à hauteur de 10 millions d’euros. Des financements publics de pays du Golfe persique et de Norvège sont attendus. L’UE pour une part également. La BEI se serait engagée pour le financement (crédits budgétaires) d’études… « Nous avons convenu avec l’autorité palestinienne, la BEI et la Banque mondiale, de la façon de procéder ».

C’est la fin de la dépêche, que nous avons hésité à publier, de peur que Jean Glavany, déjà bien atteint, puisse en faire un gros caca nerveux :

 

Israël apportera son soutien au projet de construction de l’usine de dessalement dans la bande de Gaza, où l’eau de la nappe phréatique trop salée est impropre à la consommation, a déclaré le ministre de l’Énergie et de l’Eau d’Israël, mardi, interrogé par l’AFP en marge du Forum mondial de l’Eau. (FB)

 

 

Eh oui ! Isrel, ce pays d'apartheid d'après le gâteux Glavany participe à la désalinisation de l'eau de Gaza !

 

Hollande ! attend qu'il se momifie avant de le ressortir !!

 

 


Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 17:09

 

 

« Au fond le choix est toujours le même : l’effort qui coûte ou la facilité qui, sur le moment, est agréable pour tous. Mais en voulant faire plaisir, on disparaît soi-même » (Charles de Gaulle).
Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 16:58

 

 

"Ici, c'est la nouvelle France, celle qui émerge, celle qui s'engage, celle du futur... Vous les habitants islamiques ou pas, des cités, vous êtes l’avenir de la France, vous êtes la génération montante, celle qui sauvera ce pays de la ruine, vous affrontez durement la réalité…" François Hollande

 

 

Utopiste ou simplement con ?...

Partager cet article
Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 16:22

 

 

Le New York Times, classé plutôt à gauche de l'échiquier polittique américain, a publié un article sur François Hollande.
Il y est décrit comme un personnage politique de second rang, dénué de charisme, présent à l'élection grâce à la défection de DSK, après s'être fait "doubler" par sa femme en 2007.

Politicien depuis des décennies, il n'a jamais été responsable du moindre portefeuille ministériel. Pour le NYT, il garde cependant toutes ses chances, uniquement porté par l'incroyable sarkophobie qui règne en France.

Le NYT poursuit en précisant que le bilan politique de Hollande est affligeant et qu'il n'y a pas un seul journaliste français pour soulever les évidences qui sautent à l'esprit du premier observateur objectif. Tout le monde sait que Hollande n'est pas au niveau, c'est pourquoi ni Mitterrand ni Jospin ne lui ont confié de portefeuille ministériel.

Pourtant, les journalistes français font comme si de rien n'était, n'enquêtant pas sur l'inexpérience de ce dirigeant et sur ses échecs à répétition (comme le désastre du département de la Corrèze dont il est le président).

Le quotidien s'étonne sur le fait que Sarkozy est constamment interrogé sur son bilan et jamais François Hollande sur le sien. Pourquoi les journalistes font ils semblant de ne pas voir ce qui saute aux yeux de tous les observateurs étrangers ?

Partager cet article
Repost0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 19:03

 

 

 

Après avoir mal géré Tulle, le grand village dont il fut le maire et qu'il endetta, Hollande mit la Corrèze, le département dont il était devenu le président, en quasi-faillite.

En septembre dernier, il dut demander une avance de trésorerie au gouvernement pour pouvoir payer les fonctionnaires surnuméraires qu'il avait embauchés par clientélisme.

Martine Aubry, quand elle reprit le Parti Socialiste après lui, déclara qu'elle avait trouvé les finances du parti dans un état lamentable.

Jean-Marc Ayrault nous a dit hier que Hollande avait trop dépensé et qu'il avait des difficultés pour financer la fin de sa campagne.


Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 21:39

 

 

Mon père était un riche bourgeois (médecin ORL, propriétaire de plusieurs cliniques) et il militait à l’extrême droite aux côtés de Maître Tixier-Vignancour et pour l’OAS.


J’ai passé mon enfance à Bois-Guillaume, ville résidentielle sur les hauteurs de Rouen, où habitent les riches normands. Je fus élevé à Saint Jean Baptiste de la Salle à Rouen, avec les « bourges du privé », que je critique constamment.


Puis j’ai continué mes études dans la commune des aristocrates et des grands-bourgeois : à Neuilly sur Seine, où mes parents avaient acheté une superbe propriété.


Malgré ma fortune et mon patrimoine estimé à plus de 10 Millions d’€, je ne paie pas l’ISF car un montage ingénieux sous forme de plusieurs SCI me rend quasiment introuvable par le fisc français.


Je n’aime pas les riches qui gagnent plus de 4000 € par mois mais j'en gagne 7,5 fois plus avec mes 30.387 € par mois !!! Donc 63% de plus que le Président de la République (19 331 € par mois) que j'accuse d'être proche des riches.


A la fin des années 70, sortant de l’ENA, je sens que la droite va perdre et que Mitterrand est sur la pente ascendante. Pour assurer mon avenir je choisis alors de rejoindre le PS.

 
Je n’ai jamais dirigé une grande ville.
Je n’ai jamais dirigé une grande région.
Je n’ai jamais été ministre ni secrétaire d’état.
J'ai en revanche été (peu de temps) Directeur de Cabinet de Max Gallo. J'en ai profité pour me faire passer pour un dirigeant de la droite lors d'un coup de fil anonyme à France Inter.


Je dirige maintenant le département de la Corrèze qui est devenu grâce à moi en 4 ans le plus endetté de France (+ 25% de dette soit 3 fois plus que la moyenne nationale) et le seul où le nombre de fonctionnaires a augmenté de 50% dans le même temps (de 831 à 1231).


Pour 2012 dans mon département, j’ai déjà fait voter une hausse de 6.5% de la taxe foncière, de 300% les taxes sur les permis de construire.


J’ai supprimé : les bourses étudiantes, la gratuité des transports scolaires, les 1000 € de prime de garde d’enfants et diminué presque toutes les aides aux personnes âgées ou dépendantes.


Je ne déjeune pas au Fouquet's, je vais dans un endroit plus discret mais encore plus chic où j'ai fêté ma récente victoire aux primaires socialistes et où dernièrement j'ai été l'invité d'un pauvre, Pierre Bergé.

Ma cantine, c'est chez Laurent, dans le 8ème.


Dans mon programme de 60 mesures, j'envisage d'augmenter de 45 milliards d'€ les impôts et taxes en tout genre car c'est plus facile que de diminuer le nombre de fonctionnaires, je souhaite d'ailleurs en embaucher 65.000 de plus ... Ce qui coûtera 100 milliards d'€ à la France car un fonctionnaire est payé par l’état à vie, sécurité de l’emploi oblige !


Avec mon compère Mélenchon, je procèderai à la régularisation massive des immigrés en situation irrégulière ("sans-papiers"). Pour faire bonne mesure, j'accorderai à tous les étrangers, et sans contre-partie, le droit de vote aux élections municipales. Si je suis élu, la France sera peut-être l'un des 9 pays du monde à avoir en 2012 des ministres communistes au gouvernement.

Je m’appelle François HOLLANDE...

Votez pour moi le 6 mai !


Avec l'appui des communistes mélenchoniens, je vous ruinerai en 5 ans.


Quoi qu'en pense M. d'Ormesson, Le changement c’est maintenant !

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 17:59

 

 

La France en 1941-42,traitait des juifs, détenus dans ses camps, de groupes palestiniens homogènes et, surnomme maintenant les juifs rescapés et leurs descendants de  » colons » dans leur propre patrie!


Quelle logique !

 

Les groupements de travailleurs étrangers (GTE)

 

En application de l’article 1er de la loi du 27 septembre 1940, relative aux groupements de travailleurs étrangers, « les étrangers de sexe masculin, âgés de plus de 18 ans et de moins de 55 pourront aussi longtemps que les circonstances l’exigent, être rassemblés dans des groupements d’étrangers s’ils sont en surnombre dans l’économie nationale et si, ayant cherché refuge en France, ils se trouvent dans l’impossibilité de regagner leur pays d’origine.

 

Sous réserve des formalités réglementaires, ils conservent la faculté d’émigrer dans un pays étranger ».

 

Les groupements sont donc constitués d’étrangers résidant en France, appartenant à plusieurs nationalités, des Espagnols notamment.
Des Juifs étrangers y seront eux aussi incorporés.

Dans ce cas, les GTE ont pu constituer un vivier où les occupants et Vichy ont eu la possibilité de puiser pour remplir les camps de concentration.

 

Le sort des Juifs

 

Le 2 janvier 1942, le gouvernement de Vichy décrète que « tous les Juifs résidant sur l’ensemble du territoire et entrés en France après le 1er janvier 1936 seront, selon les cas, groupés dans des Compagnies de Travailleurs Étrangers ou dans des Centres spéciaux. Cette mesure vise non seulement les Israélites étrangers, mais encore ceux qui, depuis leur arrivée dans notre pays, y ont acquis notre nationalité ».

Cette mesure s’appuie sur la loi citée ci-dessus.

 

Dans la zone libre, les instructions du 2 janvier 1942, signées par le ministre de l’Intérieur, G. Pucheu, sont extrêmement précises. Le recensement des intéressés et de leurs familles est effectué sous peine de sanctions rigoureuses.

Il est expressément indiqué que « les Israélites visés ne doivent pas être placés dans des Compagnies « diffuses  » mais dans des groupes homogènes ».

Immédiatement après, le 10 janvier 1942, le colonel Tavernier, chef du Service national des formations d’étrangers donne des directives aux chefs de groupement : « Les groupes encadrés palestiniens seront composés uniquement de Palestiniens. Ces groupes sont, soit existant déjà, soit à créer. Chaque groupement me fera d’urgence de propositions, compte tenu de ce que l’effectif d’un groupe encadré ne devra pas être d eplus de 300. »

 

Ainsi, les autorités vichystes ont recensé les Juifs étrangers, les ont regroupés eux et leurs familles, les ont contrôlés, les ont fait travailler sous surveillance policière et les ont gardés à leur disposition dans ces groupes palestiniens dont la formation a concentré les menaces sur ceux qui en faisaient partie. Un rapport de la Commission des camps indiquera d’ailleurs incidemment :

 

« Des Groupes de  » Palestiniens  » ont été créés. La création de ces groupes palestiniens, parfois appelés  » Groupes juifs homogènes  » nous donne les plus vives inquiétudes, l’expérience nous ayant prouvé que les dits groupes juifs homogènes sont très souvent en fait de petits camps de concentration infernaux et dont on ne sort pas. »

 

Les conditions particulières des Juifs

 

La particularité des GTE est le régime disciplinaire plus que draconien qui en fait un véritable camp de travail. Certains camps ont même adopté un régime d’une extrême dureté. Le groupe de travailleurs étrangers de Ruffieux est de ceux-ci. Un dénommé Max Meyer qui se trouve au camp écrit au Comité International de la Croix-Rouge à Genève le 15 mars 1942 pour dénoncer les conditions de vie :

 

« Le soussigné, formant partie du Camp de travailleurs étrangers à Ruffieux (Savoie) uniquement réservé aux israélites victimes des idéologies racistes, désirerait par la présente porter à votre connaissance les conditions arbitraires, vexatoires et inhumaines, auxquelles sont soumis un groupe d’environ 150 hommes.

 

Administration générale.

 

Le camp de Ruffieux, qui fut déjà mal dirigé l’année dernière, vient de se trouver en face de changements depuis la mi-février qui en ont fait une sorte de bagne. Tandis qu’auparavant les membres du groupe, tout en étant affectés à un travail journalier, possédaient certaines libertés de circulation qui leur permettaient de se ravitailler à leur propre compte auprès des fermiers du canton dans la mesure du possible – et la population rurale, dans sa forte majorité, ne leur est point hostile – les nouveaux dirigeants en fonction depuis la mi-février nous ont contraints
à abandonner ces libertés essentielles.
Nous sommes donc au régime suivant : lever à 6 h 30 Déjeuner consistant de la ration journalière de pain (officiellement 350 grammes, mais rarement plus de 300 gr.) et d’un quart de jus de café. Départ au travail : 7 h. 15 (travaux de force tel que bûcheron, marais, routes). Rentrée vers midi. Le repas du midi consiste en une soupe à base d’eau et de navets, râves ou topinambours cuites à l’eau et servis sans appréciable addition de graisses. Trois fois par semaine : un morceau minuscule de viande ou de poisson. Départ au travail : 13 h. 15 Rentrée vers 18 h. Repas du soir :même chose qu’à midi à l’exception des matières grasses.

 

Le ravitaillement susdit, est, comme vous en jugerez vous-même, totalement insuffisant pour des travailleurs de force, et il me paraîtrait inutile d’insister sur le fait que la population française, elle aussi, manque de ravitaillement. Car le chef de groupe détient tous nos tickets d’alimentation délivrés mensuellement par la mairie et ces tickets comprennent, même en quantité supplémentaire légale pour travailleurs de force des rations de beurre, de fromages et d’autres denrées, dont nous ne voyons que les caisses entreposées au magasin sans que leur contenu soit proprement distribué. Il est un fait, que les dirigeants français du groupe vivent sur nos rations et récemment ces cadres français ont même obligé certains de nos membres à leur trouver au marché noir certaines denrées introuvables sous menace de leur retirer des permissions de week-end pour Aix-les-Bains, Lyon, etc.

 

Sous ces conditions, j’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance, de vouloir bien désigner un délégué de la Croix-Rouge pour but d’amorcer une enquête et une amélioration des conditions désastreuses, sous lesquelles les membres de ce groupe, simplement parce qu’ils sont de religion israélite, et contrairement à ce qui se passe dans d’autres camps de travail, hébergeant des étrangers de religion catholique ou protestante, sont obligés de vivre aux dépens de leur santé.

 

Il est difficile de déterminer avec exactitude le nombre de Juifs internés dans les GTE. Toutefois, «à la mi-mai 1942, l’aumônerie générale (Juive) connaissait l’existence de 31 compagnies  » palestiniennes « . Dans les prévisions de budget pour 1942, la Commission (juive) des Camps précisait avoir en charge 12 000 internés israélites dans les Centres d’hébergement, camps d’internement et hôtels de Marseille sans compter les quelques 15 à 20 000 travailleurs étrangers israélites disséminés dans de nombreuses formations de travailleurs étrangers en France libre ».
La liste des GTE répertoriés par département, où sont regroupés les travailleurs juifs en zone libre a été dressée dans Le calendrier de la Persécution des Juifs en France à la date du 26 août 1942.

 

Le traitement aggravé réservé aux Juifs se confirme donc. « Au sein de la panoplie des GTE, à tous les égards, ce sont généralement les groupes dits  » palestiniens  » où l’on constate les conditions les plus mauvaises".

 

Les groupes qualifiés « d’homogènes » – c’est-à-dire exclusivement constitués de Juifs – « sont envoyés aux travaux les plus dangereux et les plus pénibles, aux poudrières, aux usines d’arsenic à Auzon (Hte-Loire). Des ouvriers réguliers y avaient droit à des vêtements spéciaux, à des douches et à un litre de lait par jour. Les T.E. furent évidemment exclus de ces avantages. Beaucoup y moururent. Quant à ceux qui osèrent se révolter, ils furent envoyés dans des camps disciplinaires où l’on ne travaillait pas mais où, en revanche, on ne mangeait pas non plus ».
Les durs travaux ne procurent pas de « privilèges » aux Juifs puisqu’ils ne sont ni mieux logés, ni mieux nourris que les autres internés.
Sans compter que pour les tâches épuisantes qu’ils sont contraints d’exécuter, il n’est pas obligatoire de leur verser un salaire, mais uniquement une prime dite de rendement qui s’élève à trois francs par jour.
Cependant, la réalité est parfois bien différente et rares sont les travailleurs qui reçoivent cette somme. Ainsi, « au GTE 302 à Septfonds (Tarn), où vit un groupe presque exclusivement composé de Juifs allemands et d’Europe centrale, les 50 centimes ne sont pas versés. L’administration sur place se réfère à un ordre qui serait venu du groupement n° 5 à Toulouse. Dans tous les groupes, il est pourtant indispensable d’acheter de la nourriture pour améliorer l’ordinaire. Ceux qui sont obligés de vivre avec l’alimentation délivrée par les cuisines des camps perdent leurs forces en
l’espace de quelques mois ».

Posséder quelque argent ne peut aucunement améliorer les conditions de vie des travailleurs étrangers « car il était interdit à ces hommes qui travaillaient durement pour la France, de faire des achats, par égard pour la population française. D’autre part, les colis envoyés par la famille étaient confisqués par le capitaine si ce n’est par l’adjudant, et le censeur s’emparait des tickets de pain contenus dans les lettres ».

Les Juifs internés dans certains GTE étaient contraints de payer une certaine somme qui correspondait aux frais d’internement.
« Ces Israélites ne doivent pas se disperser et sont obligés de travailler en groupes, ils n’ont pas de liberté, sont sous régime quasi militaire et à la merci du Commandant du Groupe entre les mains duquel passe tout leur argent, ainsi que leur matériel. En outre, depuis 18 mois, chaque ouvrier est tenu de verser une certaine somme pour frais d’administration, assurance sociale, nourriture, etc. Les personnes qui emploient cestravailleurs doivent payer au minimum 2 fr. – par jour, à part les 280 francs qu’elles doivent verser chaque mois pour le privilège d’avoir les ouvriers en question. Cet argent est en principe destiné à la caisse de la compagnie. »


Ces diverses circonstances génèrent une dégradation sanitaire.
« Dysentrie, cardiopathie, phtisie galopante, oedème de carence, hernies, lésions cutanées infectées. En loques, sans chaussures, les pieds entourés de chiffons ou de morceaux de vieuxpneus, les hommes peinent aux besognes malsaines. Ils sont en proie aux poux. On ne leur donne pas de désinfectants, mais l’administration veille aux intérêts de l’État. Ainsi, nous avons eu sous les yeux la note administrative suivante d’un G.T.E. :  » Les travailleurs étrangers porteurs de poux seront rasés sur le corps entier. Les poils ainsi obtenus seront conservés, soigneusement triés et remis au dépôt… ». »

 

La documentation Française : La Spoliation dans les camps de province / Mission d
,étude sur la spoliation des Juifs de France ; présidée par Jean Mattéoli ; Serge Klarsfeld, André Delahaye, 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 18:30

.

 

Voilà ce qu'écrivait Simone Veil dans son livre "Une vie" sur Bayrou qui fut son directeur de campagne pour les européennes de 1989.

 

 

« Intrigant, opportuniste,il souhaitait que je fasse le plus mauvais score possible pour que je ne lui fasse pas d’ombre.

 

On m’avait prévenue qu’il me trahirait. Et ce fut vrai !

 

Il a lui-même choisi la photo de moi la plus moche possible pour les affiches électorales !

 

Déjà, il était convaincu qu’il était touché par le doigt de Dieu et qu’il était évidemment prédestiné à devenir un jour président de la République.

 

C’est un traître, sûrement, mais aussi un illuminé. »

Partager cet article
Repost0