Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 13:58



" Deux mille ans de culpabilité chrétienne relayée par les droits de l’homme se sont réinvestis, au nom de la défense des individus, dans la mise en accusation et la disqualification radicale de la France. Et l’école publique s’est engouffrée dans la brèche avec d’autant plus d’ardeur qu’à la faveur du multiculturalisme elle a trouvé dans cette repentance et ce masochisme national une nouvelle mission."

Pierre Nora, historien, à propos des lois mémorielles, 2008
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 14:01






On ne cesse de nous répéter que dans la tradition française, il y a toujours eu métissage. (ndlr: "métis,sse adj.et n. (lat.mixtus, mélangé). Qui est issu de l'union de deux personnes de couleur de peau différente". Dict.Larousse)

(...)

D’un côté, on nous dit que le métissage est « obligatoire » : le slogan de la novlangue bien-pensante est martelé depuis l’UMP jusqu’au P.S., depuis Nicolas Sarkozy jusqu’à Martine Aubry ; de l’autre on voit bien que pour des raisons différentes, les Français de souche ou d’origine étrangère y deviennent hostiles.

Le « métissage obligatoire est tout simplement un aveu : en effet, si on veut « métisser » de force les gens, c’est qu’ils y sont réticents. Et les premiers d’entre eux à refuser de fait le métissage sont les bobos de gauche et de droite, les bien-pensants et pensants bien qui habitent les beaux quartiers où, justement il n’y a pas de métissage et il ne peut pas y en avoir.

Le refus du métissage est manifeste, et en particulier sur le plan géographique, comme le soulignent sans cesse des gens comme Eric Zemmour ou Jacques Marseille. On assiste à un double mouvement :

1. Les immigrés, légaux ou illégaux, se regroupent par ethnies, et surpeuplent les « zones sensibles », comme le confirment les maires de banlieues submergés par ce phénomène, qui voient arriver chez eux les nouveaux arrivants, par le biais de l’immigration clandestine ou par le regroupement familial.

Notons à ce sujet une autre escroquerie intellectuelle : les « mariages mixtes » sont présentés comme un effet de la mixité ethnique, alors qu’il s’agit principalement de mariages purement endogamiques, entre de Français d’origine étrangère avec des personnes de la même origine mais n’ayant pas (encore) la nationalité française.

2. Les « Français de souche » fuient ces zones pudiquement appelées « quartiers populaires », parce qu’ils ne s’y sentent plus « chez eux » : insécurité, islamisation, persécutions incessantes.

(...)

On se demande vraiment comment les instituteurs et les professeurs peuvent, dans ces quartiers, gérer « 93 ethnies différentes » alors que les francophones ont disparu et que ces enfants ne parlent pas français à la maison. Espérer la moindre intégration dans ces conditions qui frisent l’absurdité est totalement irréaliste.

Et quand un office HLM tente de forcer la « mixité sociale » en voulant mélanger les populations de différentes origines, donc en réintroduisant des « Français de souche », il est attaqué en justice pour fichage ethnique et discrimination. Quel paradoxe pour les partisans de la « mixité » !

Ce double mouvement de regroupement communautaire contribue à l’échec de toute intégration ou assimilation républicaine des jeunes issus de l’immigration, et crée ce qu’on appelle improprement des « ghettos ».

Ce véritable « apartheid » géographique permet aux voyous et aux islamistes de faire régner leurs lois respectives dans des sortes de mini-Kosovo. Les prières publiques dans la rue, par exemple, se font en toute impunité puisque les habitants des quartiers où elles se déroulent sont à majorité islamique et n’osent s’opposer de peur d’être stigmatisés comme mauvais musulmans. Quant aux non-musulmans dans ces mêmes quartiers, le fait qu’ils soient minoritaires les empêche d’agir contre ces illégalités.

En résumé, comme le note Malika Sorel qui dénonce « l’irresponsabilité » politique, « l’intégration, à large échelle, de populations extra-européennes est un cuisant échec dont nous payons chaque jour les conséquences et, plus grave encore, cet échec met désormais la République en danger ».

Ainsi, contrairement aux promesses électorales du Président de la République, non seulement les « territoires perdus de République » n’ont pas été reconquis d’un pouce, mais ils s’étendent et se consolident. La crise économique et sociale rend encore plus improbable l’efficacité d’un nième « plan banlieue » proposé par Fadela Amara, sans compter la situation catastrophique des finances des communes « défavorisées ».

Le problème n’est pas « social » comme on voudrait nous le faire croire. Il est tout simplement culturel et civilisationnel. On nous rebat les oreilles du choc des civilisations de Samuel Huntington comme une émanation du diable (et en parlent surtout ceux qui ne l’ont pas lu !) ; c’est sans doute pour cela que la fondation Anna Lindt, subventionnée entre autres par la Ligue Arabe, donc par l’Arabie Saoudite - sans doute modèle de démocratie et des droits de l’homme -, et à laquelle émarge sans état d’âme Caroline Fourest, parle d’alliance des civilisations.

Or pour nous, laïques invétérés, l’alliance des civilisations qui allient justement civilisation issues des Lumières et civilisations issue de l’obscurantisme religieux et esclavagiste, n’est pas vraiment notre objectif, puisqu’elle détruirait les Lumières dans un « tout se vaut » pseudo-universaliste.
Le nôtre, c’est la laïcité émancipatrice, qui a comme valeur universelle de l’égalité des droits pour chacun, et doit s’étendre partout dans toute société. Alors il n’y aura plus de problèmes, ni de métissage ni de discrimination négative ou positive.

C’est bien pourquoi, à Riposte Laïque, nous entrons pleinement dans le débat sur l’identité nationale, pour une République sociale et contre tous les communautarismes. Il faudra en effet faire preuve d’une fermeté absolue pour éviter des affrontements ethniques, voire une guerre civile. Il en va de la survie de notre pays et de ses valeurs.

Contrairement à Caroline Fourest et à Dalil Boubakeur, nous n’en appelons pas aux hypothétiques « musulmans démocrates »
(ndlr: En effet, où sont-ils ?...) pour cela, puisque ce serait déjà reconnaître une communautarisation religieuse de la démocratie, et une « laïcité ouverte » à la Nicolas Sarkozy.

Nous n’en appelons pas davantage à la représentation raciale de communautés comme celle que voudraient le CRAN et le MRAP, ou à des passe-droit au faciès ou à l’origine comme le souhaitent la HALDE et Yazid Sabeg.

Nous en appelons tout simplement aux démocrates et à tous les Français, pas à des groupes ethniques ou spirituels, car cette méthode serait le meilleur moyen de nous conduire à la libanisation de notre pays.

Roger Heurtebise pour Riposte laïque le 30 novembre 2009 (extraits)




La "République sociale" et laïque que Roger Heurtebise appelle de ses voeux ne pourra faire abstraction - comme toute nation d'ailleurs - d'une épine dorsale qui réside dans les fondements culturels et civilisationnels, donc judéo-chrétiens, de notre société, fondements dont les manifestations les plus ténues s'imposent à tous ceux qui veulent vivre sur notre sol, qu'ils soient croyants, athées ou de philosophies différentes.

Proposer un pays, un Etat, une Nation fondée sur l'absence de toute référence spirituelle serait tenter de faire revivre la grande utopie matérialiste que l'URSS a voulu mettre en oeuvre avec le succès que l'on connaît !

L'Homme a besoin de croire et de rêver !...


 
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 15:07



Est-il sain et responsable de placer à la tête d'un ministère dit de "l'Identité nationale et de l'Immigration"

- un homme, transfuge de gauche, ce qui laisse plâner un sérieux doute sur la force de ses convictions,

- qui nous annonce, en préambule d'un débat sur l'identité nationale, "qu'il n'y a pas de Français de souche" (sic)

- propos que l'on peut finalement comprendre puisque venant d'un sieur né au Maroc, ce qui n'est pas une tare, d'une mère Libanaise et qui a quitté son épouse "de souche" pour une étudiante Tunisienne de 22 ans...



Il est évident que si le Français de souche existait effectivement pour lui, il aurait alors à se demander ce qu'il peut bien faire dans un ministère français à traiter, de surcroît, de l'immigration qu'il ne peut combattre sauf à renvoyer sa dulcinée actuelle et à définir une identité charnelle qu'il n'a pas ! 
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 21:09


Le bénéficiaire est le dénommé Jean-Louis Borloo, ministraillon en Sous-France !




« Il faut bien que les Français aient tous en tête une chose : l’avenir du pays se joue dans les banlieues, parce que le taux de natalité de ces quartiers est deux fois plus élevé que sur le reste du territoire national.»


Jean-Louis Borloo



Pauvre minus habens !

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 21:17




10 octobre 2008

 

“Adieu ma France… Tu n’es plus celle que j’ai connue, le pays du respect des valeurs, de l’hymne et du drapeau, le pays de la fierté d’être français.

Adieu ma France des trafics en tous genres, du chômage, de l’islamisme, de la polygamie, du laxisme, de la permissivité, de la famille décomposée…

Adieu ma France réduite à l’état d’urgence, ma France déconstruite, en guerre avec elle-même.

Je veux, néanmoins, demeurer optimiste et croire en ton sursaut. Mais qui te sauvera?


Je reviens sur ma consternation le soir du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002, lorsque j’ai vu une cohorte de jeunes des banlieues, issus de l’immigration maghrébine, brandir et agiter fièrement, place de la République, devant le couple Chirac, des drapeaux algérien et marocain.

Je reviens sur cet événement car cette image, en quelque sorte, résume tout. L’oubli du patriotisme et la disparition de l’identité française. Le danger que fait peser sur l’avenir de notre pays le refus de s’intégrer de millions d’immigrés, ou de leur progéniture. La perte de prestige moral d’une fonction dont le titulaire devrait pourtant être au dessus de tout soupçon. Et aussi, bien sûr, la confusion des valeurs dans un pays qui va à vau l’eau, que plus rien ne structure de manière cohérente, qui semble ne plus avoir d’avenir en tant que nation.


Je ne cesse de l’écrire tout au long de ces pages, la France est entrée dans un processus de déliquescence. J’ai l’impression tenace que, si le cours des choses ne change pas radicalement, le pays va à sa perte. Qu’il est en voie de désagrégation et que ce n’est pas son identité seule qui est menacée, mais bel et bien jusqu’à son existence.

Et je le répète, sans craindre de lasser le lecteur, la France va traverser une crise très profonde, à la fois politique, économique et surtout, morale.






Un seul point de désaccord, mon Général, le caractère définitif de votre "adieu" m'apparaît  prématuré !

Vous vous êtes battu pour notre honneur et notre gloire !

Pensez-vous que la flamme soit éteinte ?

Je ne le crois pas et le réveil sera brutal, il vient même à vive allure !

Nos jeunes, toujours amoureux et fiers de leur patrie sauront  répondre à l'assaut des hordes de primates et sauront leur imposer notre loi, celle de la civilisation et celle de nos anciens !

Hélas, le sang va couler mais la faute en incombera à jamais à ceux qui nous ont trahis en 1976.

Ceux sur les tombes desquels nous iront cracher sous peu !

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 14:23








Je précise ne faire aucune publicité au présentateur du T-shirt...


Partager cet article
Repost0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 15:24








Y A PAS A DIRE...IL A LA GUEULE DE L'EMPLOI !

RESPECTUEUX...IL FAIT SA PRIERE A CHAQUE FOIS QU'IL RENTRE SUR UN STADE SAUF EN ALGERIE OU CA NE SE FAIT PAS !...

L'EST SURTOUT TRES INTELLIGENT...

CA SE VOIT, NON ?...


Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 16:53



Ce qui m’ennuie c’est que, au lieu que tout finisse par une chanson, tout se raméne in fine à la bouffe, au pinard et au camembert.


C’est un peu réducteur pour définir une identité !


Si l’on n’évoque pas la notion de valeurs et d’histoire communes, voire de chairs de poule partagées, alors on ne définira jamais l’identité française.


Si l’on y ajoute les options de type de société et de mode de gouvernance, l’on définira l’identité nationale qui est plus large et accepte l’autre A CONDITION TOUTEFOIS QU’IL S’Y REFERE AUSSI !!


Ceci étant dit, définir un diamant revient à le vulgariser et le ramener à des constats trés prosaïques comme le carbone qui le constitue, ce qui laisse assez indifférent !


Vouloir analyser l’identité nationale française est une ineptie de mongoloïdes et Dieu sait qu’il y en a depuis un certain temps !…


Occuper constamment le devant de la scène…faire un sale coup politicard est le but ultime…quant aux moyens…ne soyons pas trop regardants…même s’ils sont contre-productifs voire carrément nuisibles !…

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 14:39



La FSU, Fédération syndicale unitaire serait la première organisation syndicale en France de l’enseignement. C’est également la première organisation syndicale de la fonction publique d’État.

La FSU compte 162 000 adhérents, dont 88 % d’enseignants.

Les tendances nationales de la FSU seraient au nombre de cinq :

l’une proche du
PCF,

l’une proche de la LCR,

l’une «anarcho-syndicaliste et syndicaliste-révolutionnaire»,

l’une proche du
Parti des travailleurs,

et la dernière de «tendance trotskysante»  (Wikipedia)





Etonnez-vous aprés qu'ils soient analphabètes, incultes et haineux de leur patrie !

Nettoyons les écuries d'Augias !...

Préparons l'avenir, leur avenir, dans leur pays !

Vidons les hussards de l'anti-France !

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 17:21



Claude Lévi-Strauss vient de mourir à l’âge de cent ans. Agrégé de philosophie, il s’était tourné très vite vers l’ethnologie, avant de devenir professeur au Collège de France et être reçu à l’Académie Française en 1973. Son œuvre fut publiée dans la Pléiade en 2008. 


Dans un ouvrage de 1983, «
Le regard éloigné » assez difficile à trouver en librairie, Claude Lévi-Strauss s’insurge contre la façon de mettre le mot racisme à toutes les sauces :

« 
l’abus de langage par lequel de plus en plus on en vient à confondre le racisme défini au sens strict et des attitudes normales légitimes » d’individus ou de groupes qui entendent rester fidèles à certaines valeurs et par là insensibles à d’autres :« Il n’est nullement coupable de placer une manière de vivre et de penser au dessus de toutes les autres et d’éprouver peu d’attirance envers tels ou tels … » Il reconnaît même que pour ne pas périr il faut que persiste entre les cultures une certaine imperméabilité ! 

Dans Tristes Tropiques publié en 1955, il décrivait lors d’un voyage au Pakistan, son malaise au voisinage de l’islam:

 « Grande religion qui se fonde moins sur l’évidence d’une révélation que sur l’impuissance à nouer des liens au dehors... En face de la bienveillance universelle  du bouddhisme, du désir chrétien du dialogue », il constatait « l’intolérance musulmane » débouchant sur l’exclusion des femmes et des infidèles.


Propos qui tranchent avec le crétinisme ambiant régnant du plus haut degré de l'Etat au journaleux neuneu sous développé qui imagine que trois années de bourrage de crâne dans une officine dite de "journalisme" l'autorise, carte professionnelle en main, à nous faire bénéficier de ses bouffées de méthane prises pour pensées profondes ! 

 

Partager cet article
Repost0