Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 17:59

 

 

La France en 1941-42,traitait des juifs, détenus dans ses camps, de groupes palestiniens homogènes et, surnomme maintenant les juifs rescapés et leurs descendants de  » colons » dans leur propre patrie!


Quelle logique !

 

Les groupements de travailleurs étrangers (GTE)

 

En application de l’article 1er de la loi du 27 septembre 1940, relative aux groupements de travailleurs étrangers, « les étrangers de sexe masculin, âgés de plus de 18 ans et de moins de 55 pourront aussi longtemps que les circonstances l’exigent, être rassemblés dans des groupements d’étrangers s’ils sont en surnombre dans l’économie nationale et si, ayant cherché refuge en France, ils se trouvent dans l’impossibilité de regagner leur pays d’origine.

 

Sous réserve des formalités réglementaires, ils conservent la faculté d’émigrer dans un pays étranger ».

 

Les groupements sont donc constitués d’étrangers résidant en France, appartenant à plusieurs nationalités, des Espagnols notamment.
Des Juifs étrangers y seront eux aussi incorporés.

Dans ce cas, les GTE ont pu constituer un vivier où les occupants et Vichy ont eu la possibilité de puiser pour remplir les camps de concentration.

 

Le sort des Juifs

 

Le 2 janvier 1942, le gouvernement de Vichy décrète que « tous les Juifs résidant sur l’ensemble du territoire et entrés en France après le 1er janvier 1936 seront, selon les cas, groupés dans des Compagnies de Travailleurs Étrangers ou dans des Centres spéciaux. Cette mesure vise non seulement les Israélites étrangers, mais encore ceux qui, depuis leur arrivée dans notre pays, y ont acquis notre nationalité ».

Cette mesure s’appuie sur la loi citée ci-dessus.

 

Dans la zone libre, les instructions du 2 janvier 1942, signées par le ministre de l’Intérieur, G. Pucheu, sont extrêmement précises. Le recensement des intéressés et de leurs familles est effectué sous peine de sanctions rigoureuses.

Il est expressément indiqué que « les Israélites visés ne doivent pas être placés dans des Compagnies « diffuses  » mais dans des groupes homogènes ».

Immédiatement après, le 10 janvier 1942, le colonel Tavernier, chef du Service national des formations d’étrangers donne des directives aux chefs de groupement : « Les groupes encadrés palestiniens seront composés uniquement de Palestiniens. Ces groupes sont, soit existant déjà, soit à créer. Chaque groupement me fera d’urgence de propositions, compte tenu de ce que l’effectif d’un groupe encadré ne devra pas être d eplus de 300. »

 

Ainsi, les autorités vichystes ont recensé les Juifs étrangers, les ont regroupés eux et leurs familles, les ont contrôlés, les ont fait travailler sous surveillance policière et les ont gardés à leur disposition dans ces groupes palestiniens dont la formation a concentré les menaces sur ceux qui en faisaient partie. Un rapport de la Commission des camps indiquera d’ailleurs incidemment :

 

« Des Groupes de  » Palestiniens  » ont été créés. La création de ces groupes palestiniens, parfois appelés  » Groupes juifs homogènes  » nous donne les plus vives inquiétudes, l’expérience nous ayant prouvé que les dits groupes juifs homogènes sont très souvent en fait de petits camps de concentration infernaux et dont on ne sort pas. »

 

Les conditions particulières des Juifs

 

La particularité des GTE est le régime disciplinaire plus que draconien qui en fait un véritable camp de travail. Certains camps ont même adopté un régime d’une extrême dureté. Le groupe de travailleurs étrangers de Ruffieux est de ceux-ci. Un dénommé Max Meyer qui se trouve au camp écrit au Comité International de la Croix-Rouge à Genève le 15 mars 1942 pour dénoncer les conditions de vie :

 

« Le soussigné, formant partie du Camp de travailleurs étrangers à Ruffieux (Savoie) uniquement réservé aux israélites victimes des idéologies racistes, désirerait par la présente porter à votre connaissance les conditions arbitraires, vexatoires et inhumaines, auxquelles sont soumis un groupe d’environ 150 hommes.

 

Administration générale.

 

Le camp de Ruffieux, qui fut déjà mal dirigé l’année dernière, vient de se trouver en face de changements depuis la mi-février qui en ont fait une sorte de bagne. Tandis qu’auparavant les membres du groupe, tout en étant affectés à un travail journalier, possédaient certaines libertés de circulation qui leur permettaient de se ravitailler à leur propre compte auprès des fermiers du canton dans la mesure du possible – et la population rurale, dans sa forte majorité, ne leur est point hostile – les nouveaux dirigeants en fonction depuis la mi-février nous ont contraints
à abandonner ces libertés essentielles.
Nous sommes donc au régime suivant : lever à 6 h 30 Déjeuner consistant de la ration journalière de pain (officiellement 350 grammes, mais rarement plus de 300 gr.) et d’un quart de jus de café. Départ au travail : 7 h. 15 (travaux de force tel que bûcheron, marais, routes). Rentrée vers midi. Le repas du midi consiste en une soupe à base d’eau et de navets, râves ou topinambours cuites à l’eau et servis sans appréciable addition de graisses. Trois fois par semaine : un morceau minuscule de viande ou de poisson. Départ au travail : 13 h. 15 Rentrée vers 18 h. Repas du soir :même chose qu’à midi à l’exception des matières grasses.

 

Le ravitaillement susdit, est, comme vous en jugerez vous-même, totalement insuffisant pour des travailleurs de force, et il me paraîtrait inutile d’insister sur le fait que la population française, elle aussi, manque de ravitaillement. Car le chef de groupe détient tous nos tickets d’alimentation délivrés mensuellement par la mairie et ces tickets comprennent, même en quantité supplémentaire légale pour travailleurs de force des rations de beurre, de fromages et d’autres denrées, dont nous ne voyons que les caisses entreposées au magasin sans que leur contenu soit proprement distribué. Il est un fait, que les dirigeants français du groupe vivent sur nos rations et récemment ces cadres français ont même obligé certains de nos membres à leur trouver au marché noir certaines denrées introuvables sous menace de leur retirer des permissions de week-end pour Aix-les-Bains, Lyon, etc.

 

Sous ces conditions, j’ai l’honneur de solliciter de votre bienveillance, de vouloir bien désigner un délégué de la Croix-Rouge pour but d’amorcer une enquête et une amélioration des conditions désastreuses, sous lesquelles les membres de ce groupe, simplement parce qu’ils sont de religion israélite, et contrairement à ce qui se passe dans d’autres camps de travail, hébergeant des étrangers de religion catholique ou protestante, sont obligés de vivre aux dépens de leur santé.

 

Il est difficile de déterminer avec exactitude le nombre de Juifs internés dans les GTE. Toutefois, «à la mi-mai 1942, l’aumônerie générale (Juive) connaissait l’existence de 31 compagnies  » palestiniennes « . Dans les prévisions de budget pour 1942, la Commission (juive) des Camps précisait avoir en charge 12 000 internés israélites dans les Centres d’hébergement, camps d’internement et hôtels de Marseille sans compter les quelques 15 à 20 000 travailleurs étrangers israélites disséminés dans de nombreuses formations de travailleurs étrangers en France libre ».
La liste des GTE répertoriés par département, où sont regroupés les travailleurs juifs en zone libre a été dressée dans Le calendrier de la Persécution des Juifs en France à la date du 26 août 1942.

 

Le traitement aggravé réservé aux Juifs se confirme donc. « Au sein de la panoplie des GTE, à tous les égards, ce sont généralement les groupes dits  » palestiniens  » où l’on constate les conditions les plus mauvaises".

 

Les groupes qualifiés « d’homogènes » – c’est-à-dire exclusivement constitués de Juifs – « sont envoyés aux travaux les plus dangereux et les plus pénibles, aux poudrières, aux usines d’arsenic à Auzon (Hte-Loire). Des ouvriers réguliers y avaient droit à des vêtements spéciaux, à des douches et à un litre de lait par jour. Les T.E. furent évidemment exclus de ces avantages. Beaucoup y moururent. Quant à ceux qui osèrent se révolter, ils furent envoyés dans des camps disciplinaires où l’on ne travaillait pas mais où, en revanche, on ne mangeait pas non plus ».
Les durs travaux ne procurent pas de « privilèges » aux Juifs puisqu’ils ne sont ni mieux logés, ni mieux nourris que les autres internés.
Sans compter que pour les tâches épuisantes qu’ils sont contraints d’exécuter, il n’est pas obligatoire de leur verser un salaire, mais uniquement une prime dite de rendement qui s’élève à trois francs par jour.
Cependant, la réalité est parfois bien différente et rares sont les travailleurs qui reçoivent cette somme. Ainsi, « au GTE 302 à Septfonds (Tarn), où vit un groupe presque exclusivement composé de Juifs allemands et d’Europe centrale, les 50 centimes ne sont pas versés. L’administration sur place se réfère à un ordre qui serait venu du groupement n° 5 à Toulouse. Dans tous les groupes, il est pourtant indispensable d’acheter de la nourriture pour améliorer l’ordinaire. Ceux qui sont obligés de vivre avec l’alimentation délivrée par les cuisines des camps perdent leurs forces en
l’espace de quelques mois ».

Posséder quelque argent ne peut aucunement améliorer les conditions de vie des travailleurs étrangers « car il était interdit à ces hommes qui travaillaient durement pour la France, de faire des achats, par égard pour la population française. D’autre part, les colis envoyés par la famille étaient confisqués par le capitaine si ce n’est par l’adjudant, et le censeur s’emparait des tickets de pain contenus dans les lettres ».

Les Juifs internés dans certains GTE étaient contraints de payer une certaine somme qui correspondait aux frais d’internement.
« Ces Israélites ne doivent pas se disperser et sont obligés de travailler en groupes, ils n’ont pas de liberté, sont sous régime quasi militaire et à la merci du Commandant du Groupe entre les mains duquel passe tout leur argent, ainsi que leur matériel. En outre, depuis 18 mois, chaque ouvrier est tenu de verser une certaine somme pour frais d’administration, assurance sociale, nourriture, etc. Les personnes qui emploient cestravailleurs doivent payer au minimum 2 fr. – par jour, à part les 280 francs qu’elles doivent verser chaque mois pour le privilège d’avoir les ouvriers en question. Cet argent est en principe destiné à la caisse de la compagnie. »


Ces diverses circonstances génèrent une dégradation sanitaire.
« Dysentrie, cardiopathie, phtisie galopante, oedème de carence, hernies, lésions cutanées infectées. En loques, sans chaussures, les pieds entourés de chiffons ou de morceaux de vieuxpneus, les hommes peinent aux besognes malsaines. Ils sont en proie aux poux. On ne leur donne pas de désinfectants, mais l’administration veille aux intérêts de l’État. Ainsi, nous avons eu sous les yeux la note administrative suivante d’un G.T.E. :  » Les travailleurs étrangers porteurs de poux seront rasés sur le corps entier. Les poils ainsi obtenus seront conservés, soigneusement triés et remis au dépôt… ». »

 

La documentation Française : La Spoliation dans les camps de province / Mission d
,étude sur la spoliation des Juifs de France ; présidée par Jean Mattéoli ; Serge Klarsfeld, André Delahaye, 

Partager cet article
Repost0

commentaires