Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 09:56

 

C'est la base de la propagande du Hamas mais, hélas, c'est aussi celle de nos médias si mal représentés par ces débiles mentaux se donnant le nom de "journalistes" et que nous appeleront ici journaleux !

 

Ainsi le Hamas trafique t-il les chiffres des victimes civiles a Gaza !

 

La BBC et le NewYork Times, qui sont plutôt de gauche, viennent de reconnaître que les chiffres donnés ne sont pas fiables et sont ceux fournis par le "minstère de la santé" de Gaza qui est aux ordres du Hamas.

 

Ils sont hélas repris et véhiculés par cet assemblage sordide dénommé Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l'Homme ainsi que par l'AFP, l'Agence France-Palestine !...

 

Affirmer sans aucune vérification que les victimes gazaouies sont "essentiellement des civils" et montrer immédiatement après un enfant mort sans vérifier s'il ne s'agit pas d'un enfant syrien ou tué lors d'un conflit antérieur est contraire à toute éthique et à toute régle professionnelle.

 

Comment expliquer que la majorité des morts soit composée d'hommes et pas de n'importe quels hommes mais d'hommes âgés de 19 à 29 ans ?...

 

La régle imposée par le Hamas est de déclarer "civil" tout mort à l'occasion d'un bombardement !

 

Tout journaliste qui y déroge est soit expulsé soit abattu sur place...

 

Or, cette règle est parfaitement connue de tous et donc de ces journaleux à la morale élastique !

 

Les fourriers de l'antisémitisme en France sont donc ces pisse-copies et il faut le dire et le faire savoir !

 

Ces gens ont une responsabilité énorme qu'ils devront bientôt payer cher, très cher !

 

 

 

Source: menapress.org

 

Bilans truqués

 

Une étude de la BBC britannique remet en cause les bilans proposés par le Bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies à propos des pertes à Gaza.

 

Le Haut-Commissariat reprend systématiquement les chiffres distribués par les services médicaux du Hamas, dont la fiabilité - l’expérience l’a démontré à tous les observateurs neutres - est inexistante.

 

Certains media occidentaux, et pratiquement toute la presse et les chaînes de télévision françaises, à commencer par l’agence de presse semi-officielle AFP, n’ont cessé, sur la base de ces sources, d’annoncer au public que la plupart des morts de la guerre face à Israël sont des civils.

 

Or la BBC a d’abord relevé, à notre instar, que le Hamas n’avait publié aucun bilan de ses pertes.

 

De plus, les confrères britanniques ont observé que les miliciens tués au combat étaient rhabillés en civils sur le chemin de l’hôpital.

 

Mais les découvertes les plus intéressantes ont été réalisées par Anthony Reuben, le responsable des statistiques de l’organisme public d’information anglais.

 

Ce dernier a discerné que la "population qui a le plus de probabilité d’être des combattants, les hommes âgés de 20 à 29 ans, est aussi la plus représentée dans le total des morts".

 

Cette tranche d’âge représente 9% de l’ensemble des Gazaouis mais 34% des individus tués, pour ceux dont l’OHCHR a publié les âges.

 

Quant aux femmes et aux enfants, qui représentent 71% de la population de la bande côtière, ils n’interviennent que pour 33% des pertes dont les âges sont connus.

 

morgueshifa2.jpg

Une photo de la morgue de l’hôpital Shifa par un photographe de l’AFP

Tsahal a perpétré un massacre contre les civils palestiniens, à part les femmes et

surtout contre les hommes armés qui lui tiraient dessus 

 

Lors, cela détruit totalement la version des Nations Unies, aimablement rapportée et amplifiée par les media marrons ; car si Israël avait bombardé les civils de manière indéterminée, comme ils le prétendent, on devrait retrouver 71% de femmes et d’enfants parmi les victimes, soit 1 309 des 1 843 morts annoncés par les Nations Unies. Or ils ne sont "que" 608.

 

Cette étude démontre que les chiffres proposés par la Ména, et qui sont compatibles avec le sexe et l’âge des morts dénombrés par l’ONU, sont les plus proches de la réalité parmi ceux qui ont été diffusés. A noter que nous avons régulièrement publié nos estimations durant toute la période qu’a duré Rocher Inébranlable.

 

Notre évaluation, au 9 août, s’établit de la manière suivante : le total des pertes palestiniennes s’élève à 2 049 individus, soit 1 843 qui sont passés par les hôpitaux et les morgues officiels, et 206 miliciens, qui ont été enterrés par le Hamas dans des cimetières clandestins, afin de les soustraire au bilan et de réduire ainsi, aux yeux des Gazaouis, des Arabes et du monde, l’étendue de sa défaite.

 

D’après Sami el Soudi, le nombre réel de miliciens tués lors de Rocher Inébranlable est proche de 1 400, soit plus de deux tiers des morts.

 

El Soudi observe que des milliers d’adolescents, à partir de l’âge de 13 ou 14 ans, qui figurent comme enfants dans les statistiques de l’ONU, ont participé à l’effort militaire des milices, notamment dans le creusement et l’entretien des tunnels, la communication et le transfert des munitions en direction des miliciens plus âgés.

 

Le chef de la Ména palestinienne explique également qu’une cinquantaine de femmes qui se trouvaient au service du Hamas, dans des appartements et des maisons frappées par Tsahal, font également partie de la liste de morts.

 

L’analyse des statistiques des Nations Unies apporte la preuve irréfutable que l’affirmation selon laquelle "le nombre des victimes civiles serait largement supérieur à celui des miliciens", est absolument sans fondement.

 

Sur la base de ces conclusions, toute personne honnête retiendra que les chiffres communiqués par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme ne sauraient représenter la réalité, de même que ceux produits par ce que certains media appellent les "Autorités médicales de Gaza".

 

Il est évident que la diffusion intentionnelle de bilans falsifiés procède d’une intention préméditée de démoniser Israël et les Juifs. Tout professionnel qui ne tiendrait pas compte des découvertes de la BBC lors de sa couverture future du conflit israélo-Hamas, participerait à la propagande djihadiste et non à un métier de l’information.

 

menapress.org 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires