Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 12:06

 

 

Par Albert Soued, écrivain

 

 

Point n'est besoin d'être un "psy" pour concevoir qu'un enfant musulman à qui son imam ne cesse de répéter les versets iniques du Coran, dans les classes entre 3 et 16 ans, puisse avoir de la haine pour autrui. Or l'imam "salafi" subventionné par l'Arabie wahabite sévit aussi bien au Caire ou à Karashi qu'à Malmö ou à Cavaillon.

 

Une étude menée sous la houlette de l'ex-ministre de la Justice de Basse Saxe, Christian Pfeiffer, directeur de l'Institut de Recherche en Criminologie par l'Université allemande de Basse Saxe auprès de 45 000 adolescents entre 14 et 16 ans montre que "les enfants élevés dans des familles religieuses musulmanes sont nettement plus violents que leurs camarades …, et même en tenant compte d'autres facteurs sociaux, il y a une forte corrélation entre la religiosité musulmane et l'acte violent".

 

L'étude montre 3 différences notables de comportement entre les adolescents ayant reçu une éducation laïque ou judéo-chrétienne et ceux qui ont reçu une éducation musulmane chez eux ou dans une école musulmane ou une "madrassa".

 

1- Provoqué ou critiqué, l'Occidental a tendance à se contrôler, à objectiver pour ne pas montrer une faiblesse. L'adolescent qui a reçu une éducation musulmane montrera sa colère pour "ne pas perdre la face", montrer qu'il est courageux et fier et défendre son "honneur". Il évitera ainsi tout débat intellectuel et se conduira en "victime violente".

 

2- Dans la société, dans les choix de la vie, un Occidental se sentira responsable de ses actes, allant même jusqu'à se sentir coupable d'avoir mal fait, cherchera à corriger la faute, cherchera à progresser. L'adolescent qui a reçu une éducation musulmane n'a pas la notion de libre arbitre puisque Dieu ou son représentant régit sa conduite. Devant une difficulté, il se sentira toujours une victime puisque "c'est l'autre qui est responsable". L'Occidental défie l'autorité, alors que le Musulman lui est soumis et en a peur. L'irresponsabilité et la peur mènent à la violence.

 

3- Dans les rapports avec un individu extérieur à sa famille ou à son environnement, l'Occidental prône la liberté, l'égalité et la fraternité, ayant été élevé dans un relativisme culturel. L'adolescent qui a reçu une éducation musulmane est fidèle à son clan, sa tribu, la "oumma" (nation-mère) islamique et il rejette l'autre. Et vis-à-vis de celui qui est vraiment différent, l'infidèle, le Coran lui enseigne que "ne pas tuer, ne pas voler et témoigner de la vérité" sont des commandements relatifs qui ne s'appliquent pas à l'infidèle. La haine de l'autre mène à la violence.

L'Occident recherche l'égalité des sexes, malgré leurs spécificités, alors qu'en Islam la femme est la propriété de l'homme et souvent l'objet de son mépris

 

(...)

Partager cet article
Repost0

commentaires