Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 12:50


...ET DANS LE SOUVENIR DU SACRIFICE DE NOS ANCIENS POUR DEFENDRE NOS VALEURS !




Texte anonyme retrouvée dans la poche d’un lieutenant d’infanterie français (Chemin des Dames)


« …Un soldat mourant demanda au seul survivant de la tranchée, un rabin, d’aller chercher une croix, pour qu’il puisse mourir en la serrant sur sa poitrine…Le rabin parcouru toute la tranchée, au risque de sa vie, pour dénicher cette croix et la ramena au soldat qui s’éteignit, sourire aux lèvres, en serrant cette croix, ainsi que la main du rabin…La nuit des temps pouvait commencer…Nous y sommes… »



Sublime ultime supplique, magnifique respect de l'autre, noble courage et si belle épître...

Toutes nos valeurs éternelles en si peu de mots !

Combien j'eusse aimé que la lettre fût trouvée dans la poche de l'uniforme de mon grand'père à Tahure le 6 octobre 1915 ou dans celle de mon arrière grand-oncle à Fleury le 3 juin 1916 ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by LE MOUSQUETAIRE - dans identité nationale
commenter cet article

commentaires

Un passant 31/07/2009 00:02

vous connaissez l'identité de celui qui est mort ?

LE MOUSQUETAIRE 31/07/2009 07:51


Bien étrange question !!

Le niveau de culture était souvent trés élevé, j'en veux pour preuve la lettre qui avait été écrite par un officier à ma grand'mère pour lui annoncer lui présenter ses condoléances ainsi que
beaucoup d'autres qui ont parfois été publiées.


Un passant 30/07/2009 22:54

Que savez -vous du mourant pour dire qu'il décriait la religion du rabbin ?Ne pas se reconnaître dans les valeurs d'une autre religion, en général, c'est ne pas obligatoirement la décrier !

LE MOUSQUETAIRE 30/07/2009 23:19


Evidemment, c'est une supputation compte tenu de son attachement à la sainte église catholique, apostolique et romaine...


Un passant 30/07/2009 21:57

Autre  chose : que nommez-vous par nos valeurs ?Ce rabbin n'a pas agi en tant que rabbin, mais en en qualité de frère d'armes, je suppose  (son rôle n'est pas clair : était-il sodat , français, allemend ?)comme aurait pu agir un un autre soldat, catholique ou musulman aussi .En outre (je pose comme véridique ce fait) : un autre soldat aurait pu choisir de ne pas  risquer sa vie ; en aurait-il été moins noble pour autant vu le contexte ; le jeu en valait-il la chandelle ?

LE MOUSQUETAIRE 30/07/2009 22:26


On peut toujours ergoter sur le pourquoi et sur l'intérêt du geste.

L'instinct de conservation, le plus puissant de tout individu, aurait dû conduire cet homme à s'éloigner de la tranchée visiblement prise sous le feu ennemi.

Il ne le fait pas et ce, pour effectuer un simple geste, certes inutile et dérisoire, mais témoignant de son humanité plus forte que la peur et que la protection de soi.

En cela, c'est déjà trés beau sur le plan purement individuel.

Il se trouve, c'est la lettre qui le mentionne, qu'en plus, si j'ose dire, l'individu en cause est un rabbin, donc un représentant de cette religion décriée par celui-là même qui lui demande
finalement les derniers sacrements, ce que le rabbin fera par humanité et compassion. 

Le thème est donc la compassion que je ne crois pas qu'il l'aurait trouvée avec un mahométan, par exemple qui alors aurait refusé de toucher la croix...

C'est donc aussi le thème de la compatibilité...

L'on peut donc outrepasser ses divergences par simple intelligence et par amour du prochain.

Pour moi, c'est tout cela la signification du geste du rabbin mais aussi celle de la demande même du soldat mourant ! 


Un passant 30/07/2009 21:47

Le texte retrouvé dans la poche du lieutenant est obscur : que veut dire : la nuit pouvait commencer, nous y sommes ?En outre ce texte est peut-être de lui (du lieutenant d'infanterie).

LE MOUSQUETAIRE 30/07/2009 22:07


Il me paraît évident que cette lettre a été écrite par le lieutenant et qu'elle a un côté prémonitoire en ce qui concerne le chaos ambiant et sa propre fin.

N'oublions pas que nous sommes au Chemin des Dames, une des plus grandes hécatombes imbéciles de la Première Guerre, et c'est ce que semble vouloir manifester cet officier.

Ceci étant, je ne suis pas son exégète et la phrase est livrée telle qu'elle.