Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 20:07




L’Etat paie des loyers « déraisonnables»  pour loger ses services, selon un rapport

Le 2 juillet 2009   fds

 

La sénatrice PS Nicole Bricq affirme que l’Etat « se présente comme un locataire relativement dispendieux, qui supporte des loyers parfois objectivement déraisonnables» , dans un rapport sur « l’Etat locataire»  transmis jeudi à l’AFP.


Mme Bricq, qui a notamment effectué « 13 contrôles sur pièces et sur place»  et une quinzaine d’auditions, a cependant constaté « des efforts pour réduire ces coûts»  mais « tout récents» .


Au « top»  des locataires « peu économes de leurs deniers»  sont recensés trois services rattachés à Matignon : la Mission de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), le Conseil national consultatif d’éthique et le Haut conseil à l’intégration, tous trois locataires rue Saint-Georges dans le IXe arrondissement de Paris avec un loyer de 998,6 euros le m2 (soit 2,1 millions d’euros par an pour 2.124 m2).


Aux trois places suivantes figurent trois immeubles du ministère de la Justice : la direction des affaires civiles et du Sceau (Bd de la Madeleine, Paris VIIe) pour un loyer annuel de 3,1 millions d’euros pour 3.184 m2 (995 EUR/m2), l’annexe de la cour de Cassation (Bd St Germain, Paris VIe) avec un loyer annuel de 4,2 M EUR pour 4.904 m2 (865,3 euros/m2) et le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris (rue des Italiens, Paris IXe) avec un loyer annuel de 5,5 M d’euros pour 7.384 m2 (751,8 euros/m2).


Suivent la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) (rue Saint-Georges, Paris IXe) avec un loyer annuel de 1,5 M eur pour 2.126 m2 (651,7 eur/m2). Ses locaux « s’apparentent à ceux d’un quartier général de grande entreprise»  avec un ratio d’occupation de 27 m2/agent comparables aux 8 m2/agent du commissariat du IIIe arrondissement.


Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui dispose de 6.882 m2 pour 4,4 M euros par an, est également épinglé pour ses 24/m2 par agent et la Cour de justice de la République pour ses 53 m2 par agent alors que la norme moyenne fixée par Bercy est de 12 m2 par agent.

 

LA HALDE, CE RAMASSIS DE BRANLOTTINS QUI VOUDRAIENT NOUS ISLAMISER A NOS FRAIS...

PRES DE 30 m2 PAR JEAN-FOUTRE  POUR PIEGER LE CITOYEN... C'EST CHER DE L'HEURE !



Régulariser 1 clandestin coûte 1 million d’euros

Le 2 juillet 2009

 

Selon l’institut anglais Migrationwatch, le coût total pour le contribuable à chaque fois qu’un seul immigré clandestin est régularisé est de 893 000 livres sterling, soit 1 044 000 euros. Ce chiffre représente la somme des diverses prestations sociales reçues (moins les impôts payés) par un immigré moyen de 25 ans qui se mariera, aura 2 enfants, prendra sa retraite à 65 ans et mourra à 80 ans.


Migrationwatch
est un institut indépendant fondé par Sir Andrew Green, un diplomate à la retraite qui a été ambassadeur de Grande Bretagne en Arabie Saoudite. Cet institut jouit d’une grande crédibilité et d’un bon écho dans les médias. Même un courrier électronique interne et confidentiel du Ministère de l’Intérieur a admis que ses chiffres étaient corrects, voire sous-évalués.


Au cours de sa vie, l’immigré clandestin moyen recevra un total de 1 106 000 euros en prestations sociales s’il est régularisé. Ceci inclut son HLM subventionné par l’État, l’éducation de ses enfants, les traitements médicaux, les allocations familiales, la retraite qu’il touchera après 65 ans, etc. En contrepartie, il paiera 62 000 euros d’impôts et de cotisations sociales. La différence est donc de 1 106 000 – 62 000 = 1 044 000 euros.

Ce coût est entièrement à la charge du contribuable. Ce nouveau rapport a été publié au moment où le maire de Londres, Boris Johnson, un conservateur, a dit que ce serait « moralement correct » de régulariser les 725 000 immigrés clandestins de la capitale.


Migrationwatch ajoute que le coût réel pourrait bien dépasser le million, jusqu’à 1 273 000 euros si l’immigré s’installe près de la capitale, où les subventions pour le logement sont encore plus onéreuses. Le coût de l’immigré sera encore plus grand si celui-ci se retrouve au chômage.


Le coût de chaque demandeur d’asile dont le dossier est accepté est aussi d’un million d’euros minimum.


Toujours selon Migrationwatch, un million d’euros, c’est aussi le coût de chaque immigré venant d’un pays sous-développé entré légalement dans le pays sans qualification, par exemple dans le cadre du regroupement familial.




ET C'EST LES BRITISHS QUI LE DISENT... VOUS SAVEZ, LES "PLUS C.. TU MEURS" !

ON PEUT DONC LES CROIRE....

Partager cet article

Repost 0
Published by LE MOUSQUETAIRE - dans politique
commenter cet article

commentaires