Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 17:32

 

L'UN DES RARES SUCCES DE NOTRE ESTIME PRESIDENT NE POUVAIT ÊTRE PASSE SOUS SILENCE !...

 

Le président Nicolas Sarkozy a inauguré mardi une base militaire permanente de la France aux Emirats arabes unis, symbole de sa volonté de participer à la stabilité d'une région stratégique agitée par les tensions autour du programme nucléaire iranien. (source AFP)


Photographe : Eric Feferberg AFP :: Le président des Emirats arabes unis, cheikh Kalifa bin Zayed al-Nahayan avec son homologue français Nicolas Sarkozy, à Abou Dhabi, le 26 mai 2009

Un an et demi après en avoir annoncé la création, M. Sarkozy a officiellement coupé le ruban, en présence du vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur des Emirats, cheikh Seïf ben Zayed Al-Nahyane, du nouveau "Camp de la paix", qui doit héberger dès cet été plus de 400 soldats français.

Essentiellement voué au soutien logistique de ses navires qui croisent dans le détroit d'Ormuz, le déploiement de l'armée française au Moyen-Orient "illustre les responsabilités que la France, puissance globale, entend assumer aux côtés de ses partenaires privilégiés dans une région névralgique pour le monde entier", a déclaré le président français.

Installée à la demande des autorités émiraties, la base française constitue également "le témoignage concret et fort de notre souhait de nous tenir, quoi qu'il advienne, aux côtés des Emirats arabes unis", a-t-il souligné devant le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohammad ben Zayed Al-Nahyane.

Dans la foulée, la France et les Emirats ont renouvelé mardi leur accord de défense datant de 1995. Le nouveau document prévoit "que nous décidions en commun des réponses spécifiques et adaptées, y compris militaires, lorsque la sécurité, la souveraineté, l'intégrité territoriale et l'indépendance des Emirats sont affectées", a affirmé Nicolas Sarkozy.

Alors que le président iranien Mahmoud Ahmadinedjad a exclu lundi toute discussion avec ceux qui l'accusent de vouloir s'équiper de l'arme nucléaire, le chef de l'Etat français a toutefois précisé que "la présence militaire permanente de la France ne vise personne".

"Tout le monde sait que la France cherche partout à faire prévaloir des solutions pacifiques", a-t-il dit.

Au nom de cette même volonté de stabilité, Nicolas Sarkozy s'est par ailleurs à nouveau prononcé pour une meilleure stabilité des prix du pétrole, évoquant la fixation d'une "fourchette de prix" susceptible de garantir les investissements sans accabler les pays consommateurs. La France soulèvera ce sujet au prochain G8 en Italie, a-t-il annoncé.

Après un dîner privé lundi avec le prince héritier, le président français a déjeuné mardi avec l'émir d'Abou Dhabi et président de la fédération des Emirats, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, pour évoquer le partenariat stratégique entre les deux pays, mais aussi leurs relations économiques.

Accompagné d'une forte délégation de patrons français, M. Sarkozy a profité de sa visite pour faire la promotion du consortium français composé d'Areva, GDF-Suez, Total et EDF, en compétition serrée pour la fourniture de réacteurs nucléaires de nouvelle génération.

Ce contrat, qui concerne "plus de deux" réacteurs EPR pour un montant compris "entre 25 et 50 milliards d'euros" selon l'Elysée, devrait être attribué par les Emiratis à la mi-septembre.

Autre marché visé par la France, celui du remplacement des Mirage 2000 de l'armée de l'air émiratie par une soixantaine de Rafale, le nouveau chasseur de Dassault jusque-là invendu à l'exportation. Le ministre des Affaires étrangères des Emirats, cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, a fait état mardi de "progrès" sur ce dossier.

Nicolas Sarkozy, qui n'a pas caché sa volonté de faire aussi de la base française un vitrine de la technologie militaire tricolore, a conclu sa courte visite à Abou Dhabi mardi après-midi par une démonstration du Rafale sur la nouvelle emprise française de la base aérienne émiratie d'Al-Dhafra.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires