Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 11:11


CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN ET "DIVERSITE"



Lambert Christian   Les 4Vérités

mardi 10 février 2009



Pour saint Augustin, certaines guerres peuvent être « justes ». Ce qui est vrai aussi, c’est que justifiées ou non, toutes les guerres font des victimes innocentes. Toutes les guerres ont aussi des causes.

S’agissant de la dernière guerre de 21 jours qu’Israël a menée dans la bande de Gaza, on ne peut passer sous silence que le Hamas palestinien a tiré pendant des mois des milliers de roquettes sur le territoire d’Israël dans le but de tuer et de détruire. Imaginons que, depuis la Forêt Noire, l’Allemagne se mette à titrer des milliers de roquettes sur Mulhouse, Colmar ou Sélestat. La France resterait-elle inerte ?

Ce conflit a appris également au grand public qu’il existait 1 027 tunnels entre l’Égypte et la bande de Gaza pour y faire passer en quantité toutes sortes de produits et notamment de l’armement. Un immense trafic fort profitable pour l’Égypte. Les autorités du Caire l’ignoraient-elles ? Imaginons encore que mille tunnels aient été creusés sous les Pyrénées pour permettre à l’Espagne d’alimenter une guerre civile en France. Paris ne réagirait-il pas ?

Autre remarque : on s’indigne que la réaction militaire israélienne ait causé de nombreuses victimes civiles et je comprends cette indignation, mais lorsque les États-Unis ont écrasé le Japon sous les bombes incendiaires et finalement atomiques faisant des millions de morts, en grande majorité des femmes et des enfants brûlés vifs, l’Occident ne s’en est pas du tout indigné, tout au contraire.

Mais revenons aux roquettes tirées par le Hamas et qui, à ce jour, continuent, en dépit du cessez-le-feu, à être lancées sur Israël. Il faut savoir que ces roquettes sont fabriquées en Iran. Elles transitent sans problème par la Syrie et l’Égypte, ce qui fait apparaître le double jeu d’États musulmans que l’on dit, s’agissant de l’Égypte, modérés, mais qui en réalité, soutiennent discrètement l’islamisme extrémiste. On sait qu’il en est de même de façon évidente du Pakistan, qui aide puissamment les talibans d’Afghanistan en effectifs, armements et bases arrières. Or, l’Égypte et le Pakistan reçoivent chaque année des milliards de dollars des puissances occidentales, en particulier des États-Unis. D’où leur politique apparemment pro-occidentale.

L’autorité palestinienne, quant à elle, a reçu 486 millions d’euros de l’Union Européenne pour la seule année 2008,
dont, bien sûr, la France. Sait-on par exemple que l’UE paie chaque mois les salaires des fonctionnaires et retraités palestiniens, comme s’il n’y avait pas assez de fonctionnaires en, Europe et notamment en France ! Et tout cela sans pouvoir contrôler une administration que tous s’accordent à reconnaître aussi incompétente que corrompue. Je suis sûr que pas un Français sur dix n’est au courant d’une telle aberration. Pauvres contribuables !

En réalité, tous les États musulmans ont un seul Coran et une seule Charia et je ne serais guère surpris que les riches États pétroliers du Golfe, eux-mêmes, subventionnent par diverses filières les extrémistes islamistes.

La Turquie, dont le gouvernement est favorable à l’islam et non plus laïque pourrait bien aussi pratiquer un jeu trouble au Proche et Moyen Orients, en attendant l’Europe.

Et voici que, pour sa part, notre diplomatie commence à se faire l’avocat du Hamas, mouvement officiellement et pratiquement terroriste. Il est vrai que la France, depuis des décennies, se montre souvent très indulgente pour certaines formes de terrorisme. On accueille des terroristes narco-trafiquants des FARC colombiennes – repentis, mais tout de même. On se dit prêts à recevoir des détenus de Guantanamo en sachant que 62 ex-détenus islamistes ont, dès leur libération, repris les armes. On a témoigné beaucoup d’amitié à Yasser Arafat et même de « l’affection », disait Jacques Chirac, pour Saddam Hussein. On est plus ou moins impliqués dans le massacre des Tutsis par les Hutus au Rwanda. On accueille des assassins politiques italiens. À ce propos, une petite information tout à fait piquante : la première dame de France, franco-italienne, vient de démentir être intervenue en faveur de l’ex-brigadiste italienne Marina Petrella. L’ennui est que les démentis officiels sont le plus souvent des confirmations… Ce penchant pour les causes criminelles est l’une des étranges composantes d’une politique qui se veut en même temps le modèle de la défense des droits de l’homme à travers le monde. Où est l’intérêt national dans cette politique ambiguë ?

On retrouve cette regrettable originalité dans la « Diversité », très en vogue à l’Élysée
– une idée que l’on pourrait qualifier de célébration de la fracture de la société française.

La France compte aujourd’hui quelque 10 millions d’immigrés, en majorité originaires d’Afrique dont beaucoup, loin de se sentir Français, sont hostiles à la France, mais y résident pour bénéficier de sa politique distributive sociale et tiers-mondiste.

On siffle l’hymne national à toute occasion. On renforce les contingents de la délinquance, mais on est admis dans les grandes écoles, parce qu’on « vient de loin ».

De culture totalement différente de la culture séculaire française, le mélange en cours sera à coup sûr explosif.

Alors, pour retarder l’échéance, on nomme au gouvernement des Africains du Nord et du Sud. Malheureusement, l’expérience n’est pas concluante. La presse est remplie de commentaires sur le bilan pittoresque de Rachida Dati, garde des sceaux, c’est-à-dire le plus prestigieux portefeuille ministériel de la République et de Rama Yade, dont le ministre de tutelle déclare qu’elle ne sert à rien dans la meilleure des hypothèses !

Comme il n’est pas nécessaire de réussir pour persévérer, peut-être pourrait-on recruter Ben Laden comme commissaire à la Diversité.

On le ferait bénéficier de l’une des 150 000 naturalisations que l’on prononce chaque année, ce qui, au demeurant, permet de proclamer que la natalité française se porte magnifiquement.


Ben Laden serait tout de même plus à l’aise au palais Marigny que dans ses gourbis de Quetta au Pakistan. Pour ne pas le dépayser, on pourrait même lui aménager une tente de bédouin, comme celle de notre « grand ami » le colonel Mu’ammar al Kadhafi, chef de la grande Jamahriya libyenne et socialiste, senior du terrorisme international, dont le récent séjour en France a laissé un souvenir impérissable.

La diversité, on vous le dit, c’est l’avenir !


CHRISTIAN LAMBERT Ancien Ambassadeur de France




CRUEL CONSTAT D'UN HOMME AU FAIT DE TOUTES LES INTRIGUES DE PALAIS ET QUI A PASSE SA VIE A SERVIR SON PAYS
Partager cet article
Repost0

commentaires