Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 15:28



Il était une fois...


On aimerait bien que cela continue comme dans la fable...mais hélas !


Donc, il était une fois un certain Janus, qui durant prés de trente longues années restât dans l'ombre de son maître et applaudit à ses saillies diverses et variées...même les  plus avariées..., c'est assez dire !

De fait, s'il ne les avait pas faites siennes, la porte il aurait pris !

Or, la porte, il ne prît pas !

Les miettes il continuât donc à ramasser consciencieusement...sans la moindre pincette !...

La soupe était maigre certes mais sous l'agneau veillait le loup !

Le loup...enfin...un avatar, avec collier !...

Un jour son maître sentant la fin venir...eût la bonne idée de le faire savoir !

La meute des grands fauves...enfin si l'on se base sur la longueur des dents, se mit immédiatement en chasse !

Les plus forts revendiquèrent le trône !

Les plus faibles se demandaient comment survivre aprés tant d'années de servilité...

Prendre l'air du temps ?

Combler les niches encore vacantes ?

Janus, lui, ne savait plus à quel saint se vouer !...

Un petit tango avec l'un, une petite polka avec l'autre puis, rejeté de toute part, il fallût bien se décider à voler de ses propres ailes...

Finalement, n'écoutant que son courage et lorgnant le râtelier qu'il voyait déjà rempli d'herbe fraîche, notre Janus, faisant table rase du passé, décida que rien ne valait mieux que ce qui venait de faire ses preuves...

Enfourcher le même baudet mais...en plus...comment ?...mais en plus martial !

Oui..c'est ça !...En plus martial !

De "détail" l'on ne parlât point et même l'on imaginât en prendre le contre-point !

L'objet n'est-il pas avant tout de ratisser large ?...

Ce qui fût dit, fût fait !

Il ne restait qu'à trouver deux ou trois naïfs larrons qui donneraient l'impression de multitude...

Bizarrement Janus, parlant au nom de tous ceux qui composaient le brillant aréopage, parlait toujours à la première personne... du singulier !

Certes, il n'utilisait pas encore la troisième personne mais l'espoir fait vivre et "déjà Napoléon perçait sous Bonaparte"... non là, je ris...je rigole fort même !

En fait, n'ayant rien à dire, il abusait la bonne foi de certains pour tenter d'asseoir un château de cartes qui s'écroulât au premier zéphir !

Hélas !...   perseverare...

Il repartit en chasse !...

D'autres, peu au fait des manigances de Janus et en quête d'idôles depuis un certain 
4 octobre de sombre mémoire, crûrent en de vaines promesses de grand'messe où serait présents des penseurs qui pensent...

Mais, hélas...de penseurs, point il n'y aura pas car le ridicule peut encore tuer...

Le rideau retombera tristement sur Janus mais aurait-il jamais dû s'ouvrir ?...

Finalement, la morale de ce fabliau est que caresse de chat donne des puces et que certaines laissent de trés vilaines traces !


L'usage de pincettes est ainsi vivement conseillée....

















Partager cet article
Repost0

commentaires