Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 13:45


Au bout du fusil, il est parti...

C'est comme ça que ça se passe d'ordinaire...

La Justice a sanctionné et, du coup, la classe politique dans un bel ensemble pousse des cris d'orfraie et invoque hypocritement le communautarisme qui se profilerait ainsi à l'horizon !

Or, chacun le sait bien, ce communautarisme n'en est plus à se profiler à l'horizon, il est là depuis longtemps !

Il est là dans nos cantines, dans les 1 600 mosquées, dans nos piscines, dans les banlieues, dans les foulards, dans les comportements quotidiens, dans les craintes, dans les non-dits, dans l'autocensure de nos média, dans la politique, dans les reportages et les commentaires à la télévision et dans la Presse...

Alors, pourquoi crient-ils au loup maintenant?

Tout simplement parce que n'ayant rien fait depuis 30 ans pour affirmer et défendre nos valeurs et sachant qu'ils ne feront pas plus maintenant et plus tard, il veulent donner l'illusion qu'ils sont bien les garants des valeurs de la République et qu'ils n'ont pas été élus et engraissés pour rien...

De quoi s'agit-il ?

De l'hymen qui garantit la virginité d'une jeune fille par sa présence mais qui, soit dit en passant, ne garantit nullement sa moralité !

Certains lui attachent de l'importance, d'autres pas, et c'est le droit de chacun.

Cela fait d'ailleurs le bonheur des rafistoleurs peu regardants mais chers pour un geste à trois sous...

Disons ici que fonder ainsi une famille sur un tel mensonge pose un véritable problème moral dans la mesure où toute relation affective ne peut être bâtie que sur la confiance réciproque.

C'est cette confiance qui aurait été trahie, ici !

Non pas du fait même de la défloration mais du fait de sa dissimulation !

L'on peut, en effet, penser ici que, compte tenu du contexte culturel spécifique, son aveu aurait mis fin aux fiançailles !

Que certaines traditions soient moyennâgeuses est évident mais dans le cas présent nous sommes entre deux personnes de tradition identique, d'où l'impression de trahison de l'époux.

Ainsi, du fait de cette dissimulation, un "élément essentiel" manquerait au contrat que constitue le mariage civil, le respect de la confiance que se doivent deux futurs époux dont la tradition commune attache une importance capitale à la notion de virginité.

L'article 180 du Code Civil trouverait donc bien à s'appliquer !


Alors pourquoi tout ce tintouin ?


Il s'agit en fait des soubresauts ultimes d'une société qui réagit comme le cerf à l'hallali, société assaillie par la meute des phénoménes ethno-religieux auto-générés qu'elle ne maîtrise plus.

Cachez-moi cette charia que je ne saurais voir mais qui s'appesantit sur mes épaules et contre laquelle je me sens impuissant par pusillanimité, voire par lâcheté, plus que par réelles difficultés politiques, morales ou matérielles.

Il suffirait pourtant de dire STOP et de s'en donner les moyens plutôt que de brâmer, toutes classes confondues d'ailleurs...

Belle unanimité et pourtant, quelle impuissance à contrebattre ce qui pourrait encore l'être !

Cette génération de gouvernants égoïstes et vélléitaires risque ainsi d'être marquée d'une opprobe éternelle devant l'Histoire !


MAIS ALORS QUE FAIRE ?...

Prendre les choses à la base et dans l'ordre: DONC RESTAURER L'ETAT

1- En revenant à la notion d'Europe des Nations, chère au Général de Gaulle, seule solution raisonnable devant le montage technocratique actuel d'un puzzle géant qui finira inéluctablement par imploser et à recréer les rivalités d'antan, celles que l'on a tant voulu chasser...mais qui,comme le naturel, reviendront au galop !

2- En restaurant la maîtrise des Etats sur leurs propres finances afin de prendre en compte les problèmes spécifiques à chacun d'entre eux, ce qui permettrait une plus grande souplesse dans des limites raisonnables et ainsi d'alléger le rapport défavorable du binome euro/dollar.

3- En réinstaurant le contrôle national de l'immigration selon les besoins ou les choix de chaque Etat.

4- En défendant nos produits et nos industries dans un contexte de pénurie agro-alimentaire qui ne peut que nous favoriser et en imposant à l'OMC et à la Commission Européenne des régles qui nous permettent de nous défendre à l'encontre d'une globalisation dont certains effets pervers finiront par inverser les polarités et nous faire régresser socialement et économiquement au bénnéfice des pays émergents !...


Finalement ce type de sursaut pré-mortem pourrait nous être salutaire à la condition de respecter le dicton de simple bon sens: "Charbonnier est maître chez soi" et de s'en donner les moyens tant à l'échelon national qu'au niveau de l'étau européen qui nous enserre et nous asphyxie, tel l'Anaconda, par des décisions contraires aux régles les plus élémentaires de la survie et souvent du simple bon sens....

Alors, respectés chez nous et en Europe, maîtres de notre destin dans un cadre commun défini, le communautarisme se dissoudra comme par miracle dans l'affirmation de notre identité nationale retrouvée.

A l'inverse, un Etat dépourvu de ses attributs du pouvoir, en proie au doute quant à son avenir, ne peut que générer une faiblesse qui le met alors à la merci de toutes les volontés d'hégémonie, surtout si importées et donc déjà en situation !

Sois fort et je serais agneau, soit faible et je serais loup !

Affirmons-nous et le reste suivra...

La fable de cet incident est que le diable se cache dans les détails, même les plus grotesques !

 









Partager cet article
Repost0

commentaires