Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

Catégories

23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 21:34

17/05/08 


Le texte qui suit, intitulé "Israël, construction rusée et à l'usure", est l’oeuvre de Virginie Roussel, journaliste à
La Libre Belgique.



"Ruse"
et "usure", ne sont-elles pas les deux mamelles de la haine antisémite, vieille antienne éculée des incapables et des impuissants aigris qui vivent le succès de l'autre comme une injure personnelle ?

ISRAËL, cette magnifique nation refondée sur SA terre par le sacrifice inouï des rescapés de la Shoah armés de seulement 11 000 vieux fusils et de quelques canons face à 5 armées arabes hautement équipées.

Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Syrie...pas de "Palestiniens" !

L'on peut dés lors comprendre une certaine frustration...

L'on peut aussi comprendre l'echo qu'une telle humiliation pourrait avoir chez certains européens lorsqu'ils se tournent vers leur propre passé...

------------------------------


Texte paru dans la Libre Belgique du 14 mai 2008
  

Il y a 60 ans, jour pour jour, Israël apparaît sur la carte du monde.

Marie Drucker et Max Gallo reviennent sur sa genèse. Une orientation très grand public à travers 5 enquêtes constituées d'images d'archives et d'interviews.

Israël : quand le rêve fait l'Histoire (à 20h50, sur France 3) est un titre bien gentillet pour décrire la genèse d'Israël. Si, d'aventure, il vous prenait l'envie de créer un nouvel Etat, sachez qu'il vous faudrait vous armer d'un solide courage physique, n'agir que par ruse, vous constituer un réseau d'amis bien placés à travers le monde, disposer d'une poignée d'agents secrets mercenaires et, surtout, ne jamais négliger la communication.

En matière de ruse et de lobbying, le coup fait à De Gaulle est exemplaire. Le 5 juin 1967, après la Guerre des Six Jours qui voit l'attaque surprise par l'aviation israélienne d'avions égyptiens, De Gaulle décrète un embargo sur les armes. Contrairement à ses prédécesseurs, il entend ménager de bonnes relations avec les Etats arabes. Mais les amis d'Israël lui pardonnent difficilement sa décision et sa petite phrase sur ce "peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur". Serge Dassault, le pape de l'aéronautique française d'origine juive, décide alors de contourner l'embargo et de faire sortir ses Mirages. Les avions arriveront en kit dans des caisses contenant officiellement du matériel agricole. Grâce à plusieurs complicités au sein des ministères, des administrations et même de l'armée française, Israël obtiendra les plans des avions militaires. Et elle réussira à les construire, elle-même, sur son propre territoire.

En termes de stratégie de communication, l'Exodus reste un formidable coup médiatique. L'enjeu était de taille : il s'agissait à l'époque de faire voter par l'ONU la création de l'Etat d'Israël. C'est Ben Gourion, surnommé le fils du Lion, qui eut l'idée de l'Exodus.
Il avait annoncé à son cabinet sa volonté de prendre le monde à témoin. Et il décida de recourir à un bateau symbole qui frappe l'imaginaire chrétien occidental en faisant de l'Exodus une version moderne de l'épisode biblique. Il récupère donc un vieux rafiot, un bateau à vapeur fluvial venant des Etats-Unis. Conçu initialement pour naviguer sur un lac, il ne peut accueillir que 500 à 600 passagers. Ben Gourion y fait s'entasser 4 600 juifs rescapés des camps nazis, des hommes valides, mais aussi des vieillards, des femmes et des enfants. Et l'Exodus quitte le sud de la France pour rejoindre la Palestine. Après plusieurs jours de traversée dans de mauvaises conditions, il est refoulé à l'arrivée par les Britanniques. Quelques jeunes passagers échappent à la vigilance des soldats anglais pour embrasser la terre promise devant les espacés entonnant l'hymne de l'Exodus. Deux témoins cruciaux assistent à la scène. Deux hommes chargés de mener une enquête qui décidera de la création ou non d'un Etat juif ont été dépêchés par Ben Gourion. Ce qu'ils voient sur le quai les bouleverse... 

Sur le plateau de ce cinquième numéro de "Droit d'Inventaire", Marie Drucker reçoit Eli Barnavi, universitaire et ambassadeur d'Israël en France de 2000 à 2002; Robert Badinter, sénateur des Hauts-de-Seine et ancien Garde des sceaux; ainsi que Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères. Avec l'historien Max Gallo, ils remontent aux sources de l'utopie israélienne.


Virginie Roussel *

 

© La Libre Belgique


* Correspondante de La Libre Belgique à Paris.

 

Mis en ligne le 17 mai 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org (extraits)



LE TEXTE SE SUFFIT A LUI-MÊME !

SECTAIRE, SELECTIF, PARTIAL, HAINEUX, VISCERALEMENT ANTISEMITE, LÂCHE !

CETTE PISSE-COPIE, CORRESPONDANTE EN FRANCE D'UN QUOTIDIEN BELGE ENTÂCHE NOTRE PAYS PAR SA SEULE PRESENCE NAUSEABONDE...

 

WEG !    DU BALAIS !


 

Communiqué de presse du CCOJB · 16 mai 2008

Le CCOJB est indigné par l’article de Virginie Roussel paru dans l’édition du 14 mai 2008 de La Libre Belgique.

Intitulé “Israël, construction rusée et à l’usure”, l’article explique la création de cet Etat par le “lobbying” des pionniers israéliens n’agissant “que par ruse”, épaulés par un “réseau d’amis bien placés dans le monde” et des “agents secrets mercenaires”, et dont le premier d’entre eux, David Ben Gourion, fit “entasser 4600 juifs rescapés des camps nazis” sur l’Exodus à seule fin d’en faire un “formidable coup médiatique”.

Le CCOJB dénonce avec force l’esprit pernicieux de cet article et l’utilisation de formules et insinuations perfides qui ravivent les poncifs éculés - ruse, usure, lobby, etc. - de la haine antisémite, délégitiment l’Etat d’Israël et heurtent tous ceux qui, dans notre pays, entretiennent avec cette démocratie confrontée au terrorisme et promise à l’anéantissement par plusieurs de ses ennemis un rapport de solidarité et d’empathie.

La Libre Belgique s’était déjà distinguée en publiant, suite à l’attaque cérébrale d’Ariel Sharon, une chronique de Juan d’Oultremont dans son édition du 14 janvier 2006. Ce dernier, dans un texte abject, s’en prenait à la “roublardise” du Premier ministre israélien, “cette immense quantité de cholestérol [qui] lutte contre la mort” et que, “dans sa massivité et dans sa présence écoeurante, même le mur de sécurité semble avoir été fait de sa propre chair”.

La Rédaction du quotidien présentait quelques jours plus tard des excuses pour cette tribune et promettait de “prendre des dispositions pour que de telles situations ne se produisent plus à l’avenir”.

Quelques mois plus tard, La Libre Belgique publiait pourtant, dans son édition du 25 juillet 2006, une carte blanche de Nico Hirtt dans laquelle l’auteur faisait siens les propos et projets du président iranien Mahmoud Ahmadinejad: “On s’est offusqué d’entendre le président iranien dire qu’il fallait “rayer Israël de la carte”. Ce serait pourtant bien l’unique solution que de voir disparaître politiquement bien sûr, l’Etat d’Israël”!

Le CCOJB exprime sa vive inquiétude face à la répétition de ces appels caractérisés à la haine qui n’ont pas leur place dans notre pays, a fortiori dans les colonnes d’un grand quotidien national, et est soucieux de connaître la suite que la Rédaction de La Libre Belgique entend donner à l’article “Israël, construction rusée et à l’usure”.

   

 IL EST DIFFICILE DE CONCEVOIR QU'UN QUOTIDIEN CONSIDERE COMME RESPONSABLE PUISSE OUVRIR AINSI SES PAGES A DE TELS PROPOS SUANT DE HAINE ABJECTE SANS EN ACCEPTER LE FOND...



JE PROPOSE QU'UN COLLECTIF FRANCO-BELGE DEPOSE PLAINTE CONTRE "X" EN INCITATION A LA HAINE RACIALE, DIFFAMATION ET INCITATION A LA VIOLENCE CONTRE UN ETAT ET CONTRE DES INDIVIDUS A RAISON DE LEUR RACE OU APPARTENANCE RELIGIEUSE.

LA REPETITION DES ATTAQUES IGNOBLES NE PEUT ÊTRE FORTUITE !

LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PARIS EST COMPETENT AVEC ASSIGNATION PAR CITATION DIRECTE.

Partager cet article
Repost0

commentaires